Dans l’être, il y a un puits sans fond. Aucun œil ne peut voir la fin. Pour la voir, il faut sauter dans ce puits. Abandonner sa propre vie, pour aller vers la mort. Ne plus avoir peur de mourir, mais y aller en souriant. Aucun homme ne connait la Vérité. Et ceux qui y sont parvenus n’ont pas cheminé vers ce Fond Sacré comme s’ils descendaient une échelle. Mais tous doivent un moment donné sauter et faire confiance à la Providence. Cela est même nécessaire, car cette confiance ne peut surgir que de cette épreuve intérieure. À un moment donné, le Serviteur doit faire preuve d’un grand courage. Ce n’est pas le monde qui s’effondre, il est même plus facile de supporter cela, mais c’est son propre monde qui s’effondre. Ce courage est synonyme de folie, de pure folie. Et même le plus insensé des hommes n’oserait. Le Serviteur, pour atteindre la Vérité, doit devenir plus fou que le fou. La Sagesse se trouve vraiment en dehors de toute norme. En vérité, pour atteindre cette sagesse, il ne faut pas avoir peur de l’immoralité, même de l’anormalité. Celui qui est sage, ne se préoccupe pas de la morale, et peut même, semble-t-il, aller contre celle-ci. Il est souvent pointé du doigt par les plus grands érudits. Mais le sage ne s’en préoccupe pas. Et se préoccupe encore moins de la persécution qu’il devra supporter, et peut-être même de la mort qui lui sera imposée. Il ne s’en préoccupe pas, car il ne se préoccupe pas de sa vie, ou du moins de cette vie. Contrairement au fou qui garde toujours ce désir de vivre, le sage, quant à lui, ne garde aucun désir. Il est, semble-t-il, comme une coquille morte, avec un regard indifférent sur le monde. Il ne ressemble à rien et ne cherche pas à ressembler à quoi que ce soit. Car il a décidé de mourir. Mais ce n’est pas une mort qui survient par une sorte de désespoir, bien au contraire, il connait la fin et l’attend patiemment. Il se réjouit au plus profond de son être de ce qui viendra vers lui. Car, s’il a décidé de sauter dans ce puits sans fond, c’est qu’il a appris en cours de route qu’au fond il y a la Gloire. La mort n’est qu’un passage pour passer d’une vie à une autre. Il sait qu’il passe de sa vie morte à sa vie vivante. Pour ce faire, il doit tuer ce qui est déjà mort en lui, c’est-à-dire ses bruits. En vérité, le sage est semblable à la feuille tombante qui se laisse porter par le vent et ne se préoccupe pas du lieu où ce dernier le mènera, mais se préoccupe du vent, et le remercie déjà d’avance pour le temps et l’énergie que celui-ci a dû dépenser pour le transporter. Sa victoire n’est pas d’atterrir dans une place de gloire, mais sa victoire réside en ce qu’il a été porté par le vent. Quand le sage le sait, alors il devient le sage qui se réalise. Le monde peut s’écrouler, le Serviteur ne s’en préoccupe pas. Car ce n’est pas son monde, mais le Sien et connait que cet écroulement est pour Sa Gloire. Là où l’homme cri de désespoir, le Serviteur, quant à lui, crie de joie. Et en cela, il est plus fou que le fou. Car il cri de joie dans le savoir, et connait la finalité de toute chose. Si un lion surgit devant lui, même si le Serviteur est rendu faible et fragile, et que le lion court vers lui pour le manger, le Serviteur se laissera manger, car il connait la Gloire qui surviendra de cela. Quand le Serviteur sort l’épée de son fourreau pour trancher l’adversaire, il le fait sans porter un regard affligé. Car il connait la Gloire qui surviendra de cela. Certes, la peine peut venir, la joie aussi, la douleur et le plaisir également, mais le Serviteur ne s’attarde pas, ne s’y accroche pas, et laisse cette tristesse ou cette joie, cette douleur ou ce plaisir mourir. En vérité, le Serviteur Parfait laisse ses œuvres mourir dans le monde. Il donne généreusement ses plus belles œuvres, il consume son existence à donner ses œuvres à l’indicible, l’invisible, l’intouchable, l’inconnaissable. Il consume son existence à donner ses œuvres au néant de l’existence. Comme s’il était cet orfèvre qui taille le plus gros diamant et ensuite la lance dans un volcan. Il montre par ce geste qu’il ne s’attache pas aux biens terrestres et qu’il ne se détache pas de ses actes. Il montre par ce geste que tout est insignifiant tout en produisant les plus grandes merveilles. Il lance ce qu’il fait, ce qu’il est dans ce géant puits sans fond, sans se préoccupe de ce que cela touchera, tout en connaissant la Gloire qui proviendra de cela. Car le Serviteur parfait ne se détache pas de ses actes ni même de ses œuvres. Il pose tout son être sur l’œuvre, par le plus bel acte, et ensuite, quand il cristallise sa beauté dans l’œuvre, il la réduit en poussière puisqu’il n’a pas peur de mourir, et puisqu’il sait qu’il est immortel. Il devient le divin qui comprend que son existence n’est que sa propre œuvre ; alors il devient ce divin qui n’a pas peur de réduire son existence en poussière, puisqu’il sait qu’il est immortel, au-delà de son œuvre.

Écrit par Merci
Je suis comme une feuille tombante. Le vent souffle en ma faveur, me menant là où je dois être.
Catégorie : Spiritualité
Publié le 24/11/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

03/07 23:11Lys-Clea
Bonsoir Olivier .. Orage dans ma Charente .. :)
03/07 23:04CRO-MAGNON
Bonsoir Claire
03/07 22:29Yuba
Merci beaucoup Edelphe :)
03/07 17:37Edelphe
Joyeux anniversaire Yuba
03/07 15:43Yuba
Merci beaucoup Georges de ta belle attention qui me touche ...bon dimanche à toi et à toutes nos chères plumes brillantes du site :)
03/07 13:33jacou
Avec un retard de 2 jours, je souhaite un bel et joyeux anniversaire à Yuba, notre poétesse et modératrice si ancienne ici que le temps a dit "mince je ne compte plus" et s'est éclipsé ;-)
03/07 13:30jacou
Bon dimanche à toutes les poétesses, à tous les poètes, et à eux leurs enfants qu'ils ont heureux nombreux, leurs poèmes !
03/07 10:44Moi80
Je passe, m'éclipse, reviens, fais un petit tour mais pour moi la vie est si courte et si intense...Je vous lis...Bon week-end
01/07 19:46Lys-Clea
Ah la la !!! TOI60 .. :)
01/07 19:43CRO-MAGNON
Moi59 te dit bonsoir
01/07 19:36Lys-Clea
Moi80, Bonsoir :)
01/07 19:23Lys-Clea
P'tites Viennoiseries , Tartines confiturées Maison -
01/07 19:19CRO-MAGNON
Ou un chocolat chaud
01/07 19:16Lys-Clea
Avec un p'tit Café ? :)
01/07 19:13CRO-MAGNON
Tous les jours elle a mon bonjour !
01/07 19:10Lys-Clea
Dis lui Bonjour de ma Part .. :)
01/07 19:06CRO-MAGNON
A une amie qui a un grand talent, une grande sensibilité humaine et poétique, une femme bien !
01/07 18:58Lys-Clea
A qui fait Il donc Référence, notre Ami Cro ?? :)
01/07 18:56CRO-MAGNON
Bonsoir grande plume !
01/07 18:50marinelise
1 juillet

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 103 invités