Des plis au drapé d’une robe de château
Et sur un meuble d’âge des fruits en corbeille
Un coussin sur un banc dont les pieds sont d’ornures
Sa grassouillette main qui tient le candélabre

Déjà le décorum du lieu a ses mystères
Des fastes du passé qui rendent bien plus seul
Le petit guéridon qui se meut en passante
A des gestes prostrés par la beauté du luxe

Des histoires de loup hurlent dans ses oreilles
Le sommeil est un frein à l’imagination
Mais puisqu’il est si loin de cette vie sans ciel
Qu’offre la forteresse le temps du séjour

L’amant dans un éclair lui apparaît soudain
Semblant venir des vitres où les astres à veiller
Plongent la silhouette dans le noir d’un monstre
Là le fond de la chambre est une cavité

Où naissent des esprits malins comme des bigres
Leurs regards pénétrants sur des livres de contes
Et le lit grince froid dans la promiscuité
Les immaculées pages renvoient aux stupeurs

La chambre qui avait des largesses de murs
S’étrique sur un cœur battant à la seconde
Son gourdin de théâtre contre le parquet
Les pieds nus de la douce ouvrés aux rats des spectres

Toute l’inattention est devenue danger
Le moindre frôlement de vêtement fait sueur
Qui est cet assassin entré dans ma pudeur ?
Une boule de gorge en mots muets et lourds

C’est sa partie fiévreuse qui lentement joue
Et brasse ses vertus dans une décadence
L’haleine confondant les airs qui vont et viennent
Dans les affres ardentes de son prégnant trouble

Des cornes érigées sur la tête de l’ombre
S’allongent au plafond dont les belles moulures
Ont des cartes cachées dans les manches du plâtre
S’intensifient les corps et de chairs et de cadres

Là se sent une proie la dormeuse éveillée
Et les flammes des cierges tremblent dans la nuit
Son instinct de survie entaché par le vice
D’où perle la lignée chaude de l’entrecuisse

Oh non, ne partez pas car qui que vous soyez
Vous avez rendu ivre d’envie mon effroi
Pour avoir eu si peur de ce que vous feriez
J’ai besoin maintenant qu’un démon me remplisse

Mais le lustre revient entre lune et bougies
Un édredon recouvre près des baldaquins
Le matelas trop grand pour l’unique présence
De la petite dame à la robe drapée

Tenant dans sa main blanche le feu des dorures
Celui qui reste gourd sur les tapisseries
Et la sorgue sordide de la solitude.
Dans un éclair plus sombre le loup s’est enfui.

Écrit par Edelphe
Le monde extérieur est vaste, terrifiant, lunaire, impropre et merveilleux, violent et plein d'amour.
Le monde intérieur est bien plus encore...
Catégorie : Divers
Publié le 22/06/2022
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 22/06/2022 à 14:06:04
bonjour Edelphe
c'est un tableau qui se décline dans vos mots ardents et si mystèrieux...
je ressens tant d'émois d'émotions! secrètes voluptueuses parfois!
comme une brûlante de scription dans vos mots choisis et qui m'illuminent ! c'est intense sublime !je ne peux que m'incliner devant vos poémes !qui parfois me sont une "réponse" à ma "quête d'absolu"....félicitations ! en favori ! bonne journée ! prenez soin de vous ! amitiés romantiques :)
romantique
Posté le 22/06/2022 à 15:25:23
très beau
marinelise
Posté le 22/06/2022 à 19:07:35
Bonsoir,

Ouap !! ça c'est envoyé .. !!

Ben, pour captiver jusqu'au dernier Point, c'est Réussite !!!

Asseyons Nous auprès d'un Bon Feu, Dame Edelphe nous raconte .. nous tremblerons, nous ressentirons Excitation .. saurons Nous plus ?

Sacrée Chimère qui aura fait frémir la Grassouillette Main :) par toutes sortes d'Emotions ..

On en redemande !!!

Bravo !
LyS ..
Lys-Clea
Posté le 23/06/2022 à 07:22:30
edelphe serais-tu à l'origine de ton pseudo ?
que je connaissais pas mais c'est intéressant
marinelise
Posté le 23/06/2022 à 08:55:31
Merci Sylvain, votre quête d'absolu puise dans tout ce qui l'entoure, elle est bien jolie votre quête

Merci Lys, c'est vrai que ce poème est presque un conte

Marine oui, j'ai inventé ce pseudo, qui part de mon prénom
Edelphe
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

06/07 22:43Lys-Clea
Et de beaux Songes .. :)
06/07 22:25marinelise
bonne nuit à ceux qui veulent bien
06/07 22:25marinelise
je dors sur le balcon avec les pipistrelles
06/07 21:56marinelise
merci de m'ouvrir la porte
03/07 23:11Lys-Clea
Bonsoir Olivier .. Orage dans ma Charente .. :)
03/07 23:04CRO-MAGNON
Bonsoir Claire
03/07 22:29Yuba
Merci beaucoup Edelphe :)
03/07 17:37Edelphe
Joyeux anniversaire Yuba
03/07 15:43Yuba
Merci beaucoup Georges de ta belle attention qui me touche ...bon dimanche à toi et à toutes nos chères plumes brillantes du site :)
03/07 13:33jacou
Avec un retard de 2 jours, je souhaite un bel et joyeux anniversaire à Yuba, notre poétesse et modératrice si ancienne ici que le temps a dit "mince je ne compte plus" et s'est éclipsé ;-)
03/07 13:30jacou
Bon dimanche à toutes les poétesses, à tous les poètes, et à eux leurs enfants qu'ils ont heureux nombreux, leurs poèmes !
03/07 10:44Moi80
Je passe, m'éclipse, reviens, fais un petit tour mais pour moi la vie est si courte et si intense...Je vous lis...Bon week-end
01/07 19:46Lys-Clea
Ah la la !!! TOI60 .. :)
01/07 19:43CRO-MAGNON
Moi59 te dit bonsoir
01/07 19:36Lys-Clea
Moi80, Bonsoir :)
01/07 19:23Lys-Clea
P'tites Viennoiseries , Tartines confiturées Maison -
01/07 19:19CRO-MAGNON
Ou un chocolat chaud
01/07 19:16Lys-Clea
Avec un p'tit Café ? :)
01/07 19:13CRO-MAGNON
Tous les jours elle a mon bonjour !
01/07 19:10Lys-Clea
Dis lui Bonjour de ma Part .. :)

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 86 invités