Spleen !

Ruraux déracinés, enfants abandonnés
Tant de vieillards, d'infirmes et d'aliénés
La lie, le rebut, le peuple des indigents
Misère et pauvreté, par manque d'argent

Que me veux-tu bourgeois ? Le sort s'est acharné
Depuis que je suis né, ce corps tant décharné
Que les tiques et puces n'ont rien à manger
Pourquoi notable, viens-tu me déranger ?

Laisse-moi crever ici ! Errer dans les rues
Sans-le-sou, ta pitié serait incongrue
Fais demi-tour, toi qui as le ventre gras

Pour amis, la Mort, son cortège funèbre
Je préfère aller vers le monde des ténèbres
Bouffer par les rats ! Car eux, ne sont pas ingrats

Dans les vapeurs d'alcool, j'écris un assonnoir
Sur le coin du zinc d'un vieil estaminet
Entre deux verres d'absinthe et les maux noirs
J'ai pris cet endroit malfamé pour cabinet

J'erre des heures dans cette étrange gargote
Je m'adonne souvent à des jeux de tripot
Ce climat malsain et glauque, me ravigote
J'aime le décor encanaillé des bistrots

Sur le papier des mots ivres, éméchés
Qui titubent, trébuchent, la gorge asséchée
Par manque d'encre, devenus de vrais pochards

Cet assommoir, la descente vers les enfers
Je vais rejoindre mon bel ami Lucifer
Où je vais terminer ma vie, comme clochard

Poète toujours soûl, je suis las, à court d'encre
Dans un bar malfamé du port, j'ai jeté l'ancre
La dive bouteille ne veut pas se vider
Se remplit chaque fois d'alcool, mais pas d'idées

Je bois à m'enivrer de rimes frelatées
Des maux aux mots, le goût aux vers inexploité
Mais pour un verre, vers de verts contenants
J'ai le vertige ! Je ne suis pas abstinent

Je rêve de mer, j'ai des langueurs océanes
Prendre le large, avec la belle Morgane
Hélas ! Mon corps est devenu triste, une épave
J'ai reçu la houle alcoolique dans l'étrave

Moi je dis, l'auteur ! Ce n'est qu'un écrit, pas grave
Il me suffit qu'un vers pour couper les entraves
L'esprit est serein pour composer un poème
Le Poète a toujours en lui l'âme bohème

Vas-tu venir vers moi qui meurs de désespoir
Je te veux pour maîtresse, merveilleuse gloire
Ô miroir ! Tu ne vois qu'un poète esseulé
Perdu le jour dans son délire alcoolisé

Dive bouteille, ma compagne d'infortune
Ma mie ! Comment pourrais-je te porter rancune
Toi qui réconfortes ma triste âme en jachère
Que de talent gâché, ma vie ne vaut pas cher

Le sort s'acharne, suis-je un Poète maudit ?
Apollon ! Je t'implore ! Donne-moi crédit
Que les doux lustres d'antan éclairent ma flamme
Et je porterai dans mes vers, ton oriflamme

Faut-il s'égarer dans les brumes de l'alcool
Dans les vertiges éthérés d'un rhum agricole
Pour connaître le doux chant, de la poésie
L'âme de Bacchus, dans mes veines d'amnésie

Faut-il cette ivresse, ce plaisir imbibé
Des senteurs d'eau-de-vie, des boissons prohibées
Pour écrire des mots, titubant dans les vers
D'un verre de rimes et d'aimer leurs travers

Je suis soûl, ivre, je divague, navigue
Sur un océan d'effluves, sur des vagues
Assombries de vapeurs, de parfums anisés
L'esprit se perdant dans les limbes alcoolisés

Un spleen mélancolie, au parfum aigre doux
Langueur atone d'ennui d'une nuit trop noire
Des souvenirs cafards, souvenances d'un soûl
Quand l'alcool défraîchi nous joue des tours du soir

Sombres pensées de désespoir, un crépuscule
D'humeur à jeter au feu, l'amour trahison
Enfermé dans la bouteille, là où tout bascule
A réveiller la gueule, d'un matin prison

La tête dans le cul, à frapper les murs
De nos larmes de sang, à vider tout son vin
Sur son corps épave, à vomir la saumure
Frelatée du tord-boyaux que l'on croit divin !

Écrit par CRO-MAGNON
Être doué en quelque chose, le talent se travaille mais le génie n'a aucune règle apprise et impose son style.
Catégorie : Amitié
Publié le 29/03/2024
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 04/04/2024 à 16:06:39
Bjr Cro ..

Tout Poète traverse des Spleens dans lesquels Lecteurs peut aller s'y complaire ou pas .. :)

A:)**
FleuR-LyS ...
Lys-Clea
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

16/04 08:28Plume borgne
Imagine qu'on parvienne à tuer l'ennui
15/04 10:58I-ko
imagine qu'il n'y a rien à tuer ou à mourir
15/04 05:16Plume borgne
Pourquoi ne pas imaginer l'imagination ?
14/04 04:41Bleuet_pensif
Si seulement cette imagination était réelle...
14/04 04:31I-ko
imagine tous les gens vivre leur vie en paix
12/04 07:39Ocelia
Imagine les gens vivant pour maintenant, imagine si le paradis était un mensonge. Lennon
11/04 04:10Sarahg
À méditer pour vous en ce jeudi.
11/04 04:09Sarahg
"La folie est un don de Dieu". Jim Fergus
08/04 11:25Sarahg
Portez vous bien les poètes.
08/04 11:25Sarahg
A méditer : on ne se trompe pas de chemin ; on avance, poussé par nos ailes.
08/04 11:13Sarahg
Bonne soirée et bonne nuit à vous, Ange de Lumière.
08/04 09:11Ange de Lumiere
Très belle soirée à tous
08/04 08:42Ange de Lumiere
Bonsoir les poètes
07/04 09:03Ange de Lumiere
Bonsoir à tous
07/04 08:59Yuba
Je souhaite la bienvenue à Ange de Lumière, de nouveau parmi nous chez les modos :)
05/04 11:31Sarahg
Bon week-end à tous.
05/04 11:31Sarahg
S'accomplir, c'est enfin devenir.
04/04 10:57I-ko
jusqu'à leur profil aux toilettes. bonsoir
04/04 10:56I-ko
vous savez tout en fait sur les auteurs^^
04/04 08:16PATGUI
Les publicités ne me posent aucun problème au contraire car elles prouvent que le site est bien fréquenté et que nos textes sont consultés même si loin s'en faut la plupart des auteurs ne sont que des amateurs comm

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 280 invités