Doña Clara

Dans le jardin, au crépuscule,
S’en va la fille de l’alcade ;
Timbales et trompettes modulent
La fête au château en cascade.

« Grand dieu ces danses me fatiguent
Et tous ces mots flatteurs, ce miel,
Et ces chevaliers dont l’intrigue
Me compare avec le soleil.

Tout cela me pèse depuis
Que vis dans les rayons de lune,
Ce chevalier au luth, qui fit
De ma fenêtre une tribune.

Ô cet élan ! Ô ce courage !
Ses yeux brillaient comme une forge
Sur la blancheur de son visage,
En tous points semblable à Saint Georges. »

Ainsi songeait Doña Clara,
En portant les yeux sur le sol ;
Puis les levant : il était là,
Inconnu chevalier, si bel.

Main dans la main d’amour naissant
Marchant aux rais de lune fauve,
Et le zéphyr les caressant,
À leur vue s’inclinent les roses.

À leur vue s’inclinent les roses,
Rougeoient d’amour en leur tutu.
Très Chère, pardonne-moi si j’ose :
Pourquoi soudain t’empourpres-tu ?

« C’est que me piquent des moustiques,
Très Cher, et que ceux-ci l’été,
Suscitent en moi haine physique
Comme les youtres au long nez. »

Laisse donc moustiques et Juifs,
Dit le chevalier, cajoleur.
Des amandiers tombent, lascifs,
Mille flocons de blanches fleurs.

Mille flocons de blanches fleurs
Et leur parfum qui se répand.
Très Chère avoue si de ton cœur,
Pour moi sont tous les battements ?

« Oui, mon très cher, je t’aime tant,
Je te le jure par le Sauveur,
Que tuèrent les Juifs mécréants
Dans l’opprobre et le déshonneur. »

Laisse le Sauveur et les Juifs,
Dit le chevalier, cajoleur.
Au loin se balancent des lys,
Dont la blancheur laisse rêveur.

Dont la blancheur laisse rêveur,
Et qui s’adressent au firmament.
Mais, dis-moi, toi, qui m’est très chère,
Puis-je être sûr que tu ne mens ?

« Jamais, Très Cher, ô, je ne mens,
Tout aussi vrai que mon sang vif
Ne contient rien de musulman
Ni de ce sale peuple juif. »

Laisse Musulmans et puis Juifs,
Dit le chevalier, cajoleur ;
Et vers des myrtes en massif
Mène la fille du gouverneur.

Dans les doux filets de l’amour
Il l’a secrètement liée ;
Les baisers durent, les mots sont courts,
Les cœurs s’épanchent à déborder.

Comme un délicat chant nuptial
Entonne un gracieux rossignol ;
Des flammes vives ouvrent un bal
Ce sont les vers luisants au sol.

Dans le massif vient le silence,
Et l’on n’entend, furtivement,
Que le murmure des myrtes denses
Et le soupir des fleurs au vent.

Mais les timbales, les trompettes
Soudain résonnent du château,
Clara se réveille et s’apprête
À quitter son bel hidalgo.

« Écoute, on m’appelle, Très Cher ;
Mais avant de nous séparer
Je veux que me soit découvert,
Ce doux nom que tu m’as caché. »

Et le chevalier lui sourit,
Baise les doigts de sa Doña,
Baise les lèvres, et il finit
- Baiser au front -, de belle voix :

Moi, Señora, homme de bien,
Je suis le fils d’un homme de Loi,
Du grand érudit, le rabbin
Israël de Saragossa.

Heinrich Heine
(traduction Aubépin des Ardrets)

Écrit par AdA
Mais avant de goûter
La chaleur de la chair
Je veux être hébété
D'esprit tranchant et clair
Catégorie : Traduction
Publié le 22/05/2020
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 23/05/2020 à 01:40:11
Dommage que dans cette belle histoire d'amour s'immisce beaucoup de regrettable intolérance...
Yuba
Posté le 23/05/2020 à 07:09:48
il faut revoir la vie du poète pour tenter de comprendre ce méli-mélo de religions, car en effet, dans une famille finissent par se retrouver des races et des cultes et souvent on choisit sans le vouloir. la dame est espagnole et veut savoir qui est cet homme car elle l'aime mais hait les juifs et musulmans qu'elle assimile dans son panier.
la chute est savoureuse : il est les deux Israël de Saragossa qui vit dans son pays. Belle morale oecuménique sur la valeur des âmes
écrit par Heine et majestueusement traduit par vous .
IL joue du luth c'est un indice et les fleurs et c'est lui qui lui demande si elle ment .
marinette
Posté le 23/05/2020 à 08:36:35
Belle histoire d'amour médiéval espagnol. J'aime beaucoup.
TANGO
Posté le 23/05/2020 à 14:23:36
@yuba
C'est exactement ce que Heine entend montrer ici avec cette ironie qui lui est si propre.
@marinette
Merci infiniment pour cette lecture. Oui, la biographie de Heine est importante et permet de bien mettre en relief la singularité qui fut la sienne dans la période du romantisme allemand.
@TANGO
Merci pour cette lecture. Oui, une histoire espagnole du temps de la Reconquista, avant 1492, revue au prisme de la poésie si cinglante de Heine.
AdA
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

17/05 13:10ParadoXx696
Belle journée à tous ! :)
16/05 13:40Vermeil
Bonjour à tous!
16/05 11:21Yuba
Bonjour Georges et bonjour à toustes les poètes de Icetea :)
08/05 10:42jacou
Bonjour à la communauté Icetea, bon dimanche non férié, mais l'esprit y est car mai te fait ce qu'il lui plaît ! :D
07/05 21:37Souffle de l'esprit
Bonsoir à tous et à toutes.
07/05 15:17Matriochka
Bonjour à toutes les plumes bien inspirées, agréable weekend :-)
07/05 15:17Matriochka
Lesquels maux attendent d’être mis en mots ;-)
07/05 11:24Chrysantheme
ne restent que les maux
07/05 11:24Chrysantheme
l'inspiration hiberne
07/05 11:23Chrysantheme
comme un drapeau de mots
07/05 11:23Chrysantheme
Ma plume est en berne
06/05 20:09Syntax_Error
Bon week-end à tous.
05/05 17:24Vermeil
Bonjour chère communauté. À vos plumes !
05/05 11:58Yuba
Bonjour Matriochka , bonjour tout le Monde !:)
01/05 15:13Matriochka
Bonjour, belles plumes :) En ce premier de Mai, brin de muguet en pensée et voeux de bonheur :)
01/05 10:55Chrysantheme
Cro j'ai les crocs (faim de poésie)
30/04 20:33AdA
Un poète acméique : que l’image est plaisante ;-)
30/04 18:51Chrysantheme
je laisse à mes détracteurs l'acné pour atteindre de mon côté l'acmé !
30/04 18:48Chrysantheme
JE VEUX DES POEMES QUI DECIMENT
30/04 18:46Chrysantheme
QUI EPOUSENT LES CIMES

Qui est en ligne

  • Membres :
  • dom1
  • Et aussi :
  • 125 invités