J’étais entré dans ce bar parce qu’il pleuvait, qu’il faisait nuit et que j’étais seul.
Un lieu apparemment désert. Je m’assis sur un tabouret au comptoir légèrement décalé par rapport à la barmaid qui essuyait des verres en rêvassant.
Je pouvais ainsi la regarder du coin de l’œil sans me faire remarquer.
Elle devait avoir la quarantaine florissante avec une poitrine bourgeonnante et plutôt appétissante. Ses cheveux noirs formaient un chignon à l’arrière de sa tête. Je commandais un whisky qui allait me brûler l’estomac. Je ne pouvais pas demander une limonade, question d’honneur. J’avais l’intention de la draguer et ça ne resta qu’une intention qui s’évapora bien vite comme un alcool trop volatil. Je lui dis quand même :
- Le bar est bien vide !
L’art de débiter des évidences.
Elle me dévisagea comme si je lui faisais une proposition malhonnête.
Elle était sous-jacente, c’est vrai, mais bien cachée dans ma tête.
- Non, regardez dans le coin au fond de la salle, il y a un consommateur fidèle.
Je me retournais, juste pour lui faire plaisir et j’aperçus un petit vieux d’une soixantaine d’années vêtu d’un imperméable d’un gris douteux.
Dans les yeux de la barmaid glissa un petit air de tendresse.
- Il vient là depuis vingt ans, c’est un habitué et n’allez surtout pas le déranger.
Je n’en avais pas l’intention, mais je voulus lui montrer que je m’intéressais à ce qu’elle me disait.
- Il a l’air bien triste !
- Oui, il est toujours comme ça ; un vieux chagrin d’amour, j'en suis sûre.
Je m’étais engagé dans une conversation hautement improbable.
- Et ici on l’a surnommé « le pianiste ».
- Le pianiste ?
- Oui depuis des années il pianote avec ses doigts sur la table. Il doit certainement composer une sonate dans sa tête, en souvenir de la salope qui l’a abandonné.
- Vous croyez ?
- Heu, je suppose ! Vous ne trouvez pas qu’il ressemble à Beethoven ?
Je répondis « oui » pour lui faire plaisir.
Elle soupira, ce qui fit gonfler sa poitrine.
Elle portait un wonderbra et j’attendais que ses tétons jaillissent du tissu.
Espoir déçu.
Je remarquai que la porte des toilettes était juste à côté de la table du vieux bonhomme. Je prétextai une envie pressante pour aller jeter un coup d’œil sur ce fameux pianiste. Il y avait devant lui le journal « l’Equipe » et juste à côté du cendrier, une boîte de médicaments sur laquelle je pus lire en vitesse « DEPRENYL ».
Je sortis rapidement des toilettes et je dis au-revoir à la barmaid. Elle me répondit :
- A bientôt !
Je pensai alors que tout espoir n’était point perdu.
De retour chez moi, curieux comme une scolopendre, je cherchais sur internet le mot DEPRENYL.
Et je lus :
« Ce médicament est préconisé dans le traitement de la maladie de Parkinson** ».

Mais peut-être était-il pianiste AUSSI ?

Écrit par virgile
Les vapeurs de l'âme.
Catégorie : poèmes tristes
Publié le 05/10/2018
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 05/10/2018 à 20:57:46
Merci Virgile pour cette prose... bien mené le conte !
Yuba
Posté le 05/10/2018 à 23:31:43
Belle chute innatendue! merci de cette belle lecture
fee-de-ble
Posté le 06/10/2018 à 07:31:50
Excellent
Errant
Posté le 06/10/2018 à 09:59:36
J’etais dans l’histoire 👍
Très finement menée bravo !
marieg
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

19/11 08:46yeshua
merci père dodu
19/11 08:46yeshua
je reviens en force avec un chouette poème à dimension christique
19/11 10:41Yuba
Bonjour Georges, bonjour Zigzag..bonjo ur aux rêveurs d'évasions sans frontières...
19/11 08:08jacou
Bonjour à tous, ouvrez-nous encore ce jour le vaste domaine de vos poésies !
18/11 06:30Zigzag
Perdu des poemes écrits à la main, donc un peu de mauvaise humeur passagère
18/11 06:29Zigzag
Salutations!
18/11 03:17jacou
Bonjour Assia, Daniel, Marine.
18/11 02:13grêle
Je vous souhaite sur icetea un excellent dimanche gorgé de poésie chaleureuse
18/11 11:54lefebvre
Bon dimanche ensoleillé à toutes et à tous
18/11 10:20Yuba
Bonjour et excellent dimanche à toutes et tous ..ici il s'entame sous musique pluviale ...
18/11 09:44jacou
Bon dimanche.
18/11 12:32jacou
Puisses-tu revenir parmi nous bientôt, te blottir au cœur de toi, et faire rayonner la lumière de ta générosité et de ta gentillesse qui nous a illuminée ici.
18/11 12:30jacou
Bonsoir douce Suane, je te souhaite une nuit consolatrice. Les épreuves de la vie que nous surmontons élèvent nos âmes en êtres de lumière...
18/11 12:16suane
Belle et douce lumineuse nuit...Prenez soin de votre âme... Amicalement.
18/11 12:15suane
Bonsoir à tous, je m'absente quelque temps afin d'accompagner un être cher sur le chemin de la consolation, éclairer son présent jusqu'à devenir une étoile...
17/11 10:58jacou
"Ce sont amis que vent emporte / Et il ventait devant ma porte..." (Rutebeuf)
17/11 10:49jacou
Bonjour ami(e)s que la poésie transporte, et il poétisait devant ma porte...
16/11 10:57Yuba
Bonjour Georges , bonjour Weedja et bonjour à tous les passeurs de mots sur ce pont de poésie...
16/11 09:44jacou
Bonjour la Compagnie des Poètes : troubadours, trouvères, aèdes, chanteurs...
15/11 01:47Weedja
Très bonne idée afin de contrer le changement de saison.

Qui est en ligne