Interlocutter

J’ai vécu dans l’endolmitude
De mon I-seulement
Je ne peux prendre l’hâltitude
De votre excistement

Il faudrait que vous vous cooliez
Dans mon non-être doulcement
Afin de ne pas éveuiller
Les doulures du précétemps

Il faudrait que vous m’ameniez
Une raison magique d’être çà
Et qu’à chaque jour vous disiez
Que l’irremplaçable c’est moi

J’ai vécu dans l’endolmitude
De mon isseulement
Je ne peux prendre l’halbitude
De votre excistement.
85

L’interlocutter
Décodage in extenso

J’ai vécu dans l’endolmitude
De mon I-seulement
Je ne peux prendre l’hâltitude
De votre excistement

A vous, mon ami, cher,

J’ai été très émue à la lecture de votre lettre me proposant de venir partager votre vie, cependant je ne puis accepter, pardonnez-moi d’être aussi brutale, et je vais vous dire pourquoi.
Ce serait pour vous une trop grande tâche.
En effet, j’ai l’habitude, depuis cet accident que vous savez, de vivoter seulette, doucettement, comme à moitié endormie dans ma douleur, dans une sorte d’endolmitude.
Je suis donc devenue égotiste, isolée, esseulée. Il me serait trop difficile et en ai-je vraiment le désir après ce nouvel échec, de me mettre à votre rythme de vie plus intense, plus excitée, plus extériorisée, plus hâtive, de me mettre à votre altitude, à vos habitudes, à votre excistement.

Il faudrait que vous vous cooliez
Dans mon non-être doulcement
Afin de ne pas é-veuiller
Les doulures du précétemps

Songez, mon doux ami, à tous les efforts qu’il nous faudrait mutuellement faire, car vous aussi vivez seul, car je puis et je dois maintenant être exigeante afin de ne pas compromettre ou subir les mêmes errements que par le passé.
Il faudrait donc que vous arriviez subtilement à vous couler, vous glisser dans ma vie mais sans abrupt sans angoisse , cool comme on dit en anglais.
Et alors, qu’y trouveriez-vous ? un être qui ne vit qu’à moitié , une absence, un non-être, une vie végétative qui n’attend plus vraiment d’être dynamisée, triturée, succussée comme aurait dit Korsakow, un nuage, une ombre, qui pourrait aussi bien disparaître si elle n’était remontée comme une poupée par le fonctionnement social inexorable et qui s’est volontairement enfermée dans cet état afin de ne plus donner prise à la souffrance, inatteignable, une entité !
Est-ce bien cela que vous cherchez ? fuyez, fuyez pendant qu’il en est temps !
Car je ne veux point qu’on réveille les vieilles douleurs lancinantes du temps qui a précédé. Je ne veux pas que l’on effeuille les marguerites du passé. Je ne veux pas que l’on veuille à toute force exorciser les couleurs et les coulures du portrait de ma vie tracé.

Il faudrait que vous m’ameniez
Une raison magique d’être çà
Et qu’à chaque jour vous disiez
Que l’irremplaçable c’est moi.

Pourriez-vous, mon ami, arriver, dans les conditions que je viens de vous décrire, arriver à me persuader qu’il y a à mon existence sur cette terre et avec vous, une raison réelle et en même temps magique et extraordinaire ?
Pourriez-vous me montrer que, si je suis là, sur la terre et avec vous, c’est parce que je suis indispensable, irremplaçable, hors du commun, que chaque seconde de ma vie est importante, que vous ne sauriez vivre sans moi, que j’ai transformé votre regard ?
Vous voyez bien que je ne saurais me contenter d’une ordinaire vie où je serais juste la compagne faute de mieux.
C’est pourquoi, merveilleux ami, après mûre analyse, après avoir envisagé toutes les concessions que nous serions amenés à nous faire, vous et moi, j’ai pensé qu’il valait mieux perpétuer cet état de grâce où l’on est ensemble sans y être, en liberté, afin que chacun puisse s’épanouir ou s’évanouir sans entraîner l’autre .
Vous allez me juger bien froide pour une que vous dites aimer, mais n’est-il pas préférable de refroidir avant que de s’être brûlé ?
Je vous demande de pardonner cette sincérité qui n’est qu’un effet du grand amour que je vous porte, et vous remercie de m’avoir suffisamment estimée pour m’avoir proposé de cheminer en votre compagnie.
Toujours à vous,
Marine-Elise
5 mars 1990

Écrit par marinette
La porte de l’humain, c’est le visage.

Christian Bobin
Catégorie : Amour
Publié le 24/11/2018
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 24/11/2018 à 11:51:01
Waw !
Marine-Elise , je ne trouve rien à ajouter car pour commenter cette "lettre" il faut d'abord que j'arrive à la quitter , du moins , "poétiquement" ...ce n'est pas aujourd'hui que je le ferai car je reviendrai la lire ...

En 1990 , je n'écrivais pas de lettres mais soumises à d'autres galères, j'incubais certainement mes poésies ...

Bisous ma reine !
Yuba
Posté le 24/11/2018 à 14:29:11
oui yuba c'est loin déjà mais toujours d'actualité
les lettres d'amor sont immortelles
comme la vie est lente et rapide !
marinette
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

22/02 06:06marinette
et merci à tous de votre présence
21/02 10:20Yuba
Bonjour Marinette ...bonjour tout le monde !
20/02 11:06Yuba
Bonjour Daniel :)
20/02 10:58lefebvre
Bonjour la poésie et à tous les merveilleux écrivains de notre beau et amical site.
20/02 07:56Yuba
Bonjour Georges , Eric , Ada et bonjour â tous les membres de l'aimable tribu Icetea ..les anciens et les nouveaux :).
20/02 07:42jacou
Bonjour, la poésie vous accompagne aujourd'hui, où que vous soyez.
20/02 02:09eric
Aux invités lisez plûtot mes textes récents plûtot que toujours les même merci.
19/02 09:49AdA
Ada
19/02 07:07jacou
Bonsoir Olivier !
19/02 06:02Olivier RACHET
Bonsoir à toutes et à tous ! Oui jacou, l'échange, un mot qui sied à la poésie je trouve. Tant d'émotions et de partages s'offrent à nous ici, la poésie est un langage de paix, l'âme s'y retrou
19/02 08:44jacou
Bonjour Daniel et Assia, et que la poésie s'exprime et s'échange !
19/02 07:53Yuba
Bonjour Daniel et bonjour aux utilisteurs du site ; rêveurs , nostalgiques ou inventifs :)
19/02 06:23lefebvre
Bonjour la poésie et ses sublimes représentants
18/02 10:01Yuba
Bonjour Georges et bonjour poètes et poétesses .. le soleil réveille déjà doucement le printemps, en le tirant par la manche :)
18/02 08:55jacou
Bonjour à toute la communauté et bon soleil d'hiver !
17/02 11:03eric
Bonne nuit.
17/02 10:58Yuba
Bonsoir Eric :)
17/02 10:49eric
Bonsoir à vous.
17/02 08:50eliosir
Ah ça y est. Pour la chirurgie esthétique, tu jugeras toi même. Je lance une sou scription, il y a du boulot !
17/02 07:52jacou
Surtout, ne recoure pas à la chirurgie esthétique ! Mdr

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 65 invités