Dans la clinique où tu as posé tes affaires
Toute vie cessante et apeurée de connaître
Quelle vie nouvelle est tapie dans les enfers
Que ta maladie tend pour tremper tout ton être

Et parce que tu es la femme à sa fenêtre
Qui attend tout un jour ce qu’un cachet apaise
L’angoisse absolue dont la violence est reître
Dans ta chambre où coulisse une vie de malaise

Le soupir qui acquiesce est déjà la défaite
La volonté enclose au récit que tes lèvres
Font m’éclaire sur ton désir d’avoir la fête
Que nos corps sentent contre leurs esprits en fièvres

Malgré les règlements interdisant d’aimer
Entre ces murs blanchis nous cachons la fêlure
Suprême qu’est pour la tête intimement bée
Cette tendre folie ayant pris nos mesures

Alors tu as souri c’est notre grand amour
Effaçant nos folies le temps d’un seul instant
Il n’est plus de ces peurs et nous revenons pour
Savourer des cafés dans la pièce installant

L’ambiance si douce connue des amoureux
Qui ont leur secret pour ce très haut promontoire
D’un pays bien calme où il fait bon être en creux
Carte du Tendre où disparaître en notre histoire

Écrit par jacou
Les illusions ne sont jamais perdues, elles se transforment. L'imaginaire est peuplé comme par magie de ces illusions.
Catégorie : Amour
Publié le 26/07/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 26/07/2019 à 07:30:00
Très belle cette histoire d'amour, oui on peut aimer quand on est malade... Pour moi ces vers disent tout :
"Alors tu as souri c’est notre grand amour
Effaçant nos folies le temps d’un seul instant"

Merci Georges de dépeindre cet amour dans un milieu hospitalier avec tant de tact !
grêle
Posté le 26/07/2019 à 08:50:07
Merci Marine, le tact était d'autant plus nécessaire que c'est une histoire que j'ai vécue en 2015, dans une clinique psy où l'amour est interdit par règlement, pour ne pas troubler les patients déboussolés outre mesure lol ! Il fallait donc bien se cacher...
jacou
Posté le 26/07/2019 à 09:41:58
L'amour n'a pas de temps, n'a pas de lieu, même caché !
CRO-MAGNON
Posté le 26/07/2019 à 09:46:41
Merci Olivier. Les cliniques psychiatriques ont des règlements très rudes (on est renvoyé chez soi si l'on se fait surprendre à donner ne serait-ce qu'un bisou), pour le bien soi-disant des patients, mais tu as raison, l'amour est toujours le plus fort, en toutes circonstances.
jacou
Posté le 26/07/2019 à 11:38:26
Un amour interdit qui fait son chemin malgré la maladie, c'est beau
fee-de-ble
Posté le 26/07/2019 à 12:19:14
Il est divinement beau ce poème !
Car un seul regard à la dérobée est capable de braver tous les interdits qu'on peut imaginer , quand au sourire réciproque, c'est déjà le roman qui s'écrit en ligne touchant les bords de l'infini ...dans l'immensité de l'instant !

Je ne comprends pas cette règle alors que l'amour peut être une voie vers la thérapie de deux personnes en simultané...

Et je suppose que les histoires entre médecins et infirmières sont par contre bien tolérées ?

Merci et bravo à toi Georges pour ce magnifique et troublant partage !
Yuba
Posté le 26/07/2019 à 12:32:35
Merci Jacou pour ce poème magnifique qui soulève toutefois un sujet "tabou", à savoir l'amour à l'hôpital et plus généralement en institution, et plus spécialement la "sexualité"...
Là ça coince. La problématique est que les sentiments apportent le désir, celui d'être ensemble alors que les règles prévoient des soins et des activités selon d'autres critères, que la "gestion" du groupe face à ses remarques, ses "manques", ses réactions peut aussi conduire l'institution à comprendre l'amour comme une "charge" supplémentaire. Pour la sexualité, pour l'institution ça n'existe pas... La réponse étant complexe et demandant une reflexion appronfondie de la société, et que dire en plus quand des personnes ont des désirs, l'expriment mais n'ont pas les capacités mentales ou physiques de les assouvir. Il y a de trés beaux reportages à ce sujet. J'ajouterai que en plus pour les personnes souffrant de déficiciences mentales "importantes" la notion de consentement demande une approche complexe d'autant plus que les familles ont aussi un avis.
L'amour conduit au désir et les conditions "trés materielles" et le "fonctionnement" se voient chamboulés par cette perspective.
C'est vraiment là un sujet important car il laisse des gens dans la souffrance avec un discours frustrant (parce que pas approfondi de la façon la plus en cohérence avec la réalité) en réponse. Hop favori parce que ce poème témoignage me touche.
Hypothese
Posté le 26/07/2019 à 13:54:55
Fée de blé, merci infiniment pour ton joli commentaire.
jacou
Posté le 26/07/2019 à 14:00:09
Assia, merci beaucoup. Je ne peux répondre qu'une chose à ton interrogation en essayant de me mettre à la place du personnel de l'institution psychiatrique, en l'occurrence une clinique soignant la dépression et les addictions : les patients ont des esprits chamboulés, ont du mal à gérer leurs émotions, alors ils doivent se dire que si en plus les malades deviennent amoureux, créant des émotions supplémentaires, ils vont devenir ingérables ! Je suppose que c'est cette logique prudente qui les guide.
Bien entendu, le personnel, lui, pourvu de tous ses esprits, est libre d'aimer. L'interaction amoureuse patient/infirmier serait aussi à explorer, ça doit être encore plus complexe !
jacou
Posté le 26/07/2019 à 14:06:23
Hypothese, je vous remercie pour votre analyse remarquable de la gestion des sentiments amoureux des patients dans le cadre de l'institution psychiatrique. À l'époque où j'étais interné durant 45 jours dans une clinique psy d'Argenteuil, je regimbais contre tout ceci et nous avons vécu en nous dissimulant notre histoire, ce qui était cocasse parfois,car les patients entre eux sont très solidaires. Mais aujourd'hui, je comprends, surtout en vous lisant, quelle tempête c'est à gérer pour les soignants, que ces émotions qui se surajoutent à celles déjà très embrouillées de nos esprits-psyché à la peine... Merci encore pour le choix du favori !
jacou
Posté le 27/07/2019 à 01:42:11
Je vous imagine volontiers trouver une solution à votre histoire d'amour "empêchée", je trouve qu'il faut une humilité pour accepter qu'en situation de maladie d'autres puissent prendre des décisions plus ou moins compréhensibles quand à nos libertés intimes.
Hypothese
Posté le 27/07/2019 à 10:08:57
Oui, Hypothese, l'humilité est nécessaire pour que les soins opèrent, car, c'est ma conception, il ne faut pas se mettre en opposition avec l'équipe soignante. Après tout, le but est de sortir le plus promptement, et si possible guéri (l'hospitalisation a une durée moyenne d'un mois et demi, ce qui est déjà long, avec bien sûr des permissions de sorties ici et là). Merci beaucoup de me lire.
jacou
Posté le 27/07/2019 à 13:06:06
Oui c'est long, les maux «invisibles» physiquement donnent toujours une impression que les choses sont plus «faciles» alors que dans les faits la maladie atteint l'esprit aussi profondement qu'elle peut atteindre le corps. Le soin est compliqué, il s'agit d'agir sur un mal invisible et insaisissable où toutes les émotions peuvent être exprimées avec une «mesure»différente, et je suis ravie vraiment que vous vous en soyez remis.
Les accompagnants ont parfois un sentiments d'impuissance parce qu'ils ne peuvent entrer dans la tête de la personne pour lui tenir la main. Tout doit ce faire lentement avec patience, attendre les bons moments, surveiller nos mots et notre comportements, rassurer et beaucoup d'amour parce que même si il n'y parait pas au premier abord, l'amour et le soutien sont le cocon chaleureux qui permettent à la «guérison» de s'installer plus paisiblement.
Je mets beaucoup de guillemet car pour ces situations tout est délicat et rien n'est une vérité absolue.
Mais rester présent sans aller à l'encontre des soins me semblent un comportement à avoir pour les êtres que nous aimons.
Je vous lis parce que c'est un plaisir, donc c'est moi qui vous remercie.
Hypothese
Posté le 27/07/2019 à 15:02:16
Merci pour ce complément d'information et pour votre compliment, Hypothese. Vous avez bien raison : c'est l'amour, et tout ce qu'il véhicule sous diverses formes, qui soigne au premier chef. Aujourd'hui, je suis guéri, ayant été hospitalisé en 2013 puis en 2015, deux séjours donc à un an et demi d'intervalles, mais plus depuis 2015. Ma dépression, ma mélancolie va mieux, je préfère d'ailleurs ces termes à "guéri", car guérit-on jamais en ces matières ? Le risque de rechute existe comme une épée de Damoclès, comme le verre d'alcool de l'ancien buveur.
jacou
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

18/09 10:13Yuba
Bonjour Georges et Gaby...bonjou r à vous tous en ce matin d'automne au ton encore chantant...
18/09 08:44jacou
Bonjour Belle de jour, et que ce jour pour vous tous (bonjour) soit faste !
18/09 06:47Belle de jour
Bonjour poètes et poétesses et vive la poésie
17/09 03:53marinette
bonjour yuba pardon je ne regarde pas souvent le chat mon ordi est aussi las que moi
17/09 10:51Yuba
Bonjour marinette et Belle ...bonjour le Monde !
17/09 08:18Belle de jour
Bonjour à tous et à toutes et à vos plumes...
17/09 04:38marinette
qui êtes-vous invités 66 des veilleurs permanents
16/09 09:23Yuba
Bonjour Belle ...bonjour marinette et les 66 invités :)
16/09 07:12Belle de jour
Bonne semaine à tous et toutes
16/09 07:10Belle de jour
Un vers, deux vers... et un poème
15/09 11:39jacou
Bon dimanche à tous, bonjour Belle de jour
15/09 05:55Belle de jour
Bon dimanches à toutes et à tous sous le soleil
14/09 11:55marinette
je vous invite tous à aller continuer le poème succession sur le forum
14/09 10:34jacou
Bonjour Belle. Oui, bien beau week-end à tous, partout !
14/09 06:43Belle de jour
Et un beau week end s'annonce. Très bon week end ami (e)sur de la poesie
13/09 11:39Yuba
Bonjour Georges et Belle ...bonjour les poètes et poétesses qui forment par leurs mots ce bel espace commun ...
13/09 09:31jacou
Bonjour à vous tous, bonjour Belle en ce vendredi
13/09 05:04Belle de jour
Le week end s'annonce. Bonne journée à tous et à toutes
12/09 11:09Yuba
Bonjour Belle , bonjour et agréable journée à toutes et à tous ! :)
12/09 06:18Belle de jour
Jeudi, la semaine tire à sa fin bonne journée à tous. Belle

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 65 invités