Un barde chante ses fables
Il arpente la salle, muni de sa harpe

Il était une fois au pays de Galles
Un château exceptionnel
Affublé de marbre et de pierre sans pareil
Un jour le monarque organisa une fête mirifique

Il invita de gentilhomme et de belle dame
La musique chatouilla les oreilles et les fleurs enivrèrent chaque parcelle
Sous la lumière des lustres le satin scintillait irréprochable
Le froufrou ondulait, tel une vague
Courtisan et courtisane s’adonnaient au jeu
Excepté notre ingénu César
Il n’avait d’yeux que pour sa belle inconnue
Des yeux smaragdins et des cheveux châtain
Une cascade de fils d’or qui ondoient au gré de sa voix

Elle n’était ni Vénus ni Aphrodite, son prénom était Marguerite
Une belle jouvencelle au regard espiègle
Sa beauté était son atout et elle en usait sans retenue

« Madame, m’accordez-vous cette danse ? » hasarda notre éphèbe avec réticence

Elle accepta son rapprochement non sans un ricanement
Heureux d’avoir l’heur de plaire à cette belle demoiselle qu’il oublia les bonnes manières
Le cœur aux émois et l’esprit aux abois, il ne sut que faire de son désarroi

« Messire, je crains que votre visage ne soit ravagé par un mal insoupçonné » dit-elle, amusée
« Mon auguste dame, pardonnez mon impolitesse. Mon nom est César André du Val, et je jure que je n’ai jamais vu une dame aussi belle que vous.
Ma fortune n’égale point votre honneur, mais si vous acceptez de me prendre pour époux, mon âme et mon cœur seront à vos genoux. »

« Ainsi donc, c’est ce qui vous tourmente. Si vous m’apportez la pomme d’or ou un trésor avec tout le confort, je serai votre fiancée et bien-aimée. »
« Peu me chaut les sacrifices quand vous serez ma promise ! »

Il enfourcha son cheval, déterminé comme jamais
Son périple n’était pas sans péril
Tous les ennemis furent terrassés et les amis de fortune devinrent ses alliés
Tout cela pour les beaux yeux de sa dulcinée

Hélas, fureur et malheur l’attendaient à son retour
Son rival et ennemi de toujours, a profité de son aventure pour ravir le cœur de son amour
Sa muse le quitta sans un adieu, brisant sa promesse pour des bijoux et des cadeaux

Ne dit-on pas que l’occasion fait le larron ?

Il perdit son cœur, mais il gagna un titre et un rang
Les années passèrent et sa fortune prospère
Il devint un comte et le roi le mit à son compte
La fille du roi succomba à son charme et à sa droiture

« Mon cher père, je ne désire que César », proclama-t-elle

Quelle chance d’avoir Constance pour épouse
Beauté et vertu, douceur et ferveur l’incarnèrent
Il fut le plus heureux des hommes
Quant à notre Marguerite, ruine et infortune, et tous les malheurs la désignèrent

La vie tourne, tantôt injuste et tantôt juste. Silencieuse, mais consciente
Qui a dit qu'un larron reste à jamais un Baron ?

Écrit par Riverie
Exige beaucoup de toi-même et attends peu des autres. Ainsi beaucoup d'ennuis te seront épargnés.
Catégorie : Divers
Publié le 03/12/2018
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 03/12/2018 à 14:47:36
fabuleux et historique restitué avec minutie j'ai aimé parcourir votre écrit fascinant :)
romantique
Posté le 03/12/2018 à 15:27:36
Merci mon cher monsieur :)
Riverie
Posté le 03/12/2018 à 18:47:31
Noble histoire, à tous les sens du terme. Marguerite fut effeuillée, quand Constance est constante. J'aime !
jacou
Posté le 03/12/2018 à 18:50:21
Merci Jacou !
Riverie
Posté le 03/12/2018 à 22:36:57
J'adore votre conte, même si je n'aime pas les punitions même pour les bêcheuses, je dois dire que la votre conduite avec dexterité fait de la lecture un régal. Un grand merci !
Hypothese
Posté le 03/12/2018 à 22:46:57
C'est moi qui vous remercie, Hypothese :)
Riverie
Posté le 03/12/2018 à 23:42:36
La langue utilisée est belle, bien tournée, j'aime cette histoire courtoise... Les ménestrels ne sont plus malheureusement, c'est un peu de leur poésie et de leur chant que vous célébrez ici, faites revivre comme une magicienne. Grand merci Riverie !
grêle
Posté le 04/12/2018 à 10:43:29
Merci Grêle :)
Riverie
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

19/04 12:52Babel
merci !
19/04 12:04Yuba
Le message est envoyé à Rémi ...patientons :)
19/04 11:57Yuba
Bonjour Babel
19/04 11:57Yuba
La page d'acceuil a encore disparu ...je vais contacter Fluminis !
19/04 11:56Babel
bonjour Yuba
19/04 11:55Babel
la page d'accueil a un problème
19/04 10:53Yuba
Bonjour les mordus de poèmes , les fous des mots :)
19/04 01:26isma
Bonsoir
18/04 09:56Olivier RACHET
Bonsoir Yuba, bonsoir à toutes et à tous ! Oui jacou, une bien belle communauté...
18/04 11:30Yuba
Bonjour Georges , bonjour tout le monde !
18/04 10:29jacou
Bonjour belle communauté.
17/04 04:12Yuba
Bonjour Marinette ...merci pour ces impressions sur la communion des choses ...
17/04 02:01marinette
et sous mes pieds brûlants je sens le feu qui brûle
17/04 02:00marinette
je suis là entre les murs et sous la cendre
17/04 11:44Yuba
Bonjour Daniel, bonjour à toutes et à tous :)
17/04 11:03lefebvre
Bonjour les poètes
16/04 05:04Olivier RACHET
Oui espérons-le jacou. C'est bien le problème de ces magnifiques monuments, ils sont à la fois fragiles et solides, et ils réclament beaucoup de soins. La vieille dame n'a pas fini de nous émerveiller, croyez-moi !
16/04 10:41jacou
Oui, bonjour Assia, espérons qu'un nouveau Viollet-le-Du c architecte respecte bien la cathédrale...
16/04 10:36Yuba
Bonjour Georges ...et nous sommes également endeuillés avec elle et espérons qu'elle sera plus belle après "réparations" ...
16/04 10:34jacou
Mais notre poésie fait revivre toutes choses, alors écrivons !

Qui est en ligne