Rien ne nous sauvera de l’amour -
puisque notre élan nous entraîne à sa suite
à chaque fois, en chaque temps,
rien ne nous sauvera
de l’oubli de cette terre
qui a accueillit, à cet instant rêvé, tout le poids de nos
jambes, de nos pieds plantés fermement,
mais aussi, de notre torse, de notre tête courbée,
de nos bras prêts au vaste du vent, de notre cœur enfin
qui espère, comme marque de reconnaissance,
la douleur d’un départ qui nous est refusé.
Rien ne nous sauvera de l’amour.
Puisque le temps de notre adoration
n’est pas un temps, puisque la félicité
n’est pas une consolation, puisque nous ne vivons
qu’à l’usure de nous-mêmes ;
rien ne nous sauvera
de l’existence qui est la nôtre -
et ces ombres de l’amour qui nous chassent
en tout temps et en tout lieu,
qui recouvrent nos espaces, et nos pas,
qui nous font marcher dans ces lieux
qui n’ont d’existence que le nom,
rien ne nous en sauvera
puisque nous sommes des êtres d’oubli
puisque nous sommes notre propre proie.
Rien ne nous sauvera de l’amour -
ni les souvenirs ni l’espérance ne s’abandonnent
à nous, et ne grandissent en notre sein.
Si toutefois la vie nous arrache encore
au poids de notre existence, dans le geste
de l’aimée, dans le rire d’un enfant,
dans la respiration verte d’un arbre,
dans l’odeur du ciel, la caresse d’un regard ;
si l’amour des ces choses nous viennent tel
que passe le nuage nous cachant, par hasard du vent,
par hasard de se trouver ici dans son ombre,
la lumière évidente du soleil,
alors rien ne pourra nous sauver de l’intranquillité
qu’est aimer, et ultimement, qu’est vivre,
si ce n’est la mort, que nous redoutons,
mais à laquelle nous aspirons
dans le désir d’un repos sans gloire,
si ce n’est – la mort, et son geste - le seul
qui nous appartienne, qui ronge les nuits,
qui vomit les espaces des jours,
qui fait hurler dans nos ventres
l’appel terrestre de la chair, et du sang,
et les murmures pernicieux de la poussière
qui sortent des tombeaux célestes
en un chœur diffus et unique
dans la torpeur, dans le désir sourd
qui bat les murs comme il bat aux tempes
de nos corps en souffrance de tout,
de rien, du vide, du plein – de lui.

Rien ne nous sauvera de l’amour
et rien ne nous sauvera de la mort -
mais rien ne nous sauvera de nous-mêmes
d’abord dans notre désir de l’amour
et puis dans notre désir de la mort ;
car toujours dans l’un comme dans l’autre,
nous suivons cet élan qui nous porte,
qui nous mène, qui nous pardonne,
qui nous condamne, et nous console -
et dans ce mouvement qui est le nôtre,
rien ne nous sauvera de la vie.

Écrit par Poesie nocturne
https://www.facebook.com/letombeaudespaquerettes/
Catégorie : Amour
Publié le 11/03/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 11/03/2019 à 11:33:55
Une élégie qui a rempli toute ses promesses mélancoliques .

Merci pour cette belle lecture Poésie Nocturne !
Yuba
Posté le 11/03/2019 à 15:42:16
J'aime bien la deuxième moitié, je pense qu'on peut se sauver de l'idée de la mort en ni pensant pas ou peut-être comme tu le dis en cherchant une forme de pardon pour nous même.
eric
Posté le 11/03/2019 à 18:27:54
Litanie majestueuse qui prend le temps de lister tous nos abandons successifs pour rien d'autre que la mort qui est en route, c'est une élégie, et déjà ordonnée dans notre projet de vivre jusqu'au bout, jusqu'à l'extase de l'être, definitive. Merci du partage.
jacou
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

24/03 10:22lefebvre
Bonjour Georges et bonjour à tous les poètes, chez moi aussi c'est le plein soleil
24/03 09:16jacou
Repos pour tous et beau dimanche, le week-end est ensoleillé !
23/03 09:16Yuba
Merci Georges ...bonjour et bon week-end à toi également :)
23/03 07:38jacou
Bon week-end à vous tous !
22/03 10:10jacou
Bonjour Daniel, Assia, bonjour aux assoiffés de poésie.
22/03 08:24Yuba
Bonjour Daniel et Marinette , bonjour et belle journée la communauté ,riche par vos Poésies :)
22/03 07:22lefebvre
Bonjour, les poètes, je vous souhaite un monde de poésies très envahissant
21/03 05:30marinette
bonsoir il fait chaud ici
21/03 09:18jacou
Bonjour poètes qui amenez ici le printemps nouveau !
21/03 08:21Yuba
Bonjour et merci Daniel , bonjour et bon jeudi, à tous ...baignés dans les doux retours printaniers :)
21/03 07:30lefebvre
Bonjour, les poètes, que ce jour de la Sainte Clémence vous apporte la chance !
20/03 08:17Yuba
Bonjour Daniel et Georges ...bonjour et agréable journée tout le monde en compagnie des muses du printemps :)
20/03 07:39lefebvre
Bonjour, Georges, et bonjour la poésie
20/03 07:39jacou
Bonjour Daniel et AdA.
20/03 07:18jacou
Bonjour aux membres de notre communauté, ainsi qu'aux visiteurs.
19/03 01:39Yuba
Bonjour Angel :)
19/03 01:38angeldebra
Bonjou à tous
19/03 09:35Yuba
Bonjour Georges , je te suis sur cette voie de l'importance des commentaires et s'ils se croisent c'est autant de "vies" que vous insufflez aux poèmes ...
19/03 08:12jacou
Sinon pourquoi poster des poèmes, si ce n'est pour être lu et obtenir des retours ?
19/03 08:11jacou
Sans vos commentaires, les textes postés s'étiolent vainement sur la Toile...

Qui est en ligne