Un soir d’été, le diable envoya l’un de ces démons, nommé Phaïnos, en bas de la vallée de l’argile, près d’un petit village qui donnait sur l’horizon, pour dominer les hommes y habitant. Satan dit : « Phaïnos, descend la vallée et ensuite rentre dans les maisons des hommes et conduis-les à moi par mes œuvres. Use donc du savoir que je t’ai donné, celui qui trompe la Vérité par l’apparence. Montre-leur, avec leurs yeux, ma puissance. Quand ils faibliront, possède-les, et avec leur corps, conduis-les à moi ! » Une fois dit, Phaïnos s’exécuta. Il descendit la vallée et se présenta telle une ombre devant l’horizon, et se mis à rentrer dans la première maison.

Dans cette maison il vu un homme, prier Le Seigneur à genoux, fixant son regard au ciel. Sa prière était pieuse et saine, et il montrait tous les signes d’un bon croyant. Une fois la prière finie, il se leva et se dirigea à ses occupations quotidiennes. Phaïnos le regardait un moment et ensuite il décida de se montrer devant lui. Pendant que le pieu regardait la fenêtre, Phaïnos apparue devant lui. Pris de panique, le pieu fit un bon en arrière et cria : « Qui es-tu ? » Phaïnos lui répondit : « Je suis un ange envoyé par ton seigneur. » Phaïnos avait l’apparence d’une lumière. À ces mots, le pieu se prosterna devant lui et dit : « Ô, gloire à vous ! Que vous êtes beau et parfait ! Gloire à vous ! Mais, dites-moi, pourquoi un homme tel que moi mérite-t-il d’avoir votre visite ? » Phaïnos répondit : « Si je suis ici, c’est pour te guider vers ton seigneur, car il a décidé de t’appeler dans son royaume. » Sur ces mots, le pieu s’émerveilla et dit : « Que dois-je faire pour vous suivre ? » Et Phaïnos lui répondit : « Tu dois te laisser posséder par moi, et te laisser guider par moi, et je serais celui qui t’accompagnera devant ton seigneur ». Ainsi le pieu se laissa posséder par l’ombre de Phaïnos. Au moment même où le démon prit possession de son corps, la fenêtre se ferma, et plus aucune lumière ne put rentrer dans sa maison. Phaïnos guida le pieu devant Satan et le jeta dans le feu.

Plus tard, Phaïnos rentra dans une deuxième maison. Il vu un homme assis portant l’habit d’un prêtre, lisant un livre. Il le lisait tout en méditant sur sa lecture. Puis, il ferma le livre et se dirigea devant son miroir pour se laver avant le diner. Phaïnos le regarda attentivement et ensuite décida de se présenter devant lui. Quand le prêtre se vit au miroir, Phaïnos se présenta devant lui. Le prêtre recula de trois pas en arrière. Il fixa le démon et dit : « Que Dieu me protège devant ce démon ! » En même temps qu’il dit cela, il prit des signes religieux et le présenta devant lui, comme pour chasser le démon. Phaïnos resta muet un moment et lui dit : « Je ne suis pas un démon, je suis un ange envoyé par le seigneur pour toi. » Le prêtre toujours dans le doute, lui dit : « Prouve-moi que tu es un ange, et si tu l’es pardonne-moi pour cette demande, mais le malin peut-être partout ! » Sur ces mots, le démon lui dit : « Doutes-tu de ton seigneur ? Penses-tu qu’il ne voie pas ta foi ? Penses-tu qu’il ne peut récompenser ces fidèles ? » Le prêtre lui répondit : « Oui, bien sûr j’y crois, mais qui me dit que vous ne me trompez pas ? » Phaïnos le regarda attentivement et lui rétorqua : « Il suffit de me voir pour comprendre la vérité. Si tu as été juste, alors le seigneur te donnera son royaume comme maison et il te préservera du mal, et si au contraire tu fus injuste, c’est le démon qui t’aurait pris. Vois-tu ? Vois-moi ! Je suis un ange devant toi et je suis ici pour te guider vers le royaume de cieux. Quelle preuve veux-tu de plus ? » Sur ces mots, le prêtre déposa ses signes religieux et s’effondra par terre à genoux. « Pardonne-moi pour avoir douté de toi, ô envoyé de Dieu ! Guide-moi donc vers lui ! Je me laisse tout entier à toi, prends moi avec toi ! » Et ainsi, Phaïnos le posséda par l’ombre. Au moment même où le démon pris son corps, le miroir se brisa, et plus aucun rayon de soleil ne rentera dans cette maison. Comme pour le pieu, Phaïnos guida le prêtre devant Satan et le jeta ensuite dans le feu.

Ensuite, le démon rentra dans une troisième maison. Il y a vu un homme pauvre, ne priant pas, ne lisant pas, portant un vêtement troué où l’on voyait sa peau traverser le tissu salit par la misère. Cet homme étant occupé à regarder le ciel par le trou qui se trouvait sur son toit. Il semblait être pauvre et ignorant. Pendant que le pauvre regarda le ciel, Phaïnos se présenta devant lui. Pris de peur, le miséreux recula d’un pas. « Que faites-vous ici mon cher ami ? » Phaïnos lui dit : « Je suis un ange envoyé par ton seigneur pour te guider vers lui. » En entendant cela, le pauvre lui dit : « Je ne crois pas en Dieu ». Phaïnos recula d’un pas, perturbé par sa réponse, puis il continua en disant : « Comment peux-tu ne pas le croire en me voyant ? Regarde ma lumière, je rayonne de mille feux ». Le pauvre rétorqua : « Quand bien même, pourquoi le croire s’il ne m’a jamais aimé ? » Phaïnos, recula encore d’un pas, et lui dit : « Mais le Seigneur aime tout le monde sans distinctions, même moi, même les démons ! » Sur ces paroles, Phaïnos se mit la main sur sa bouche et resta muet un instant. Le pauvre le regarda et lui dit : « Toi ! Je sais maintenant qui tu es ! Tu es un démon ! » Sur ces paroles, Phaïnos montra sa vraie forme, et devin noir comme l’ombre, et lui dit : « Il est vrai que je suis un démon, mais tu ne m’échapperas pas ! » Le miséreux s’approcha de lui, est lui dit doucement : « Pourquoi tu t’es éloigné du Seigneur s’il t’aime ? » Phaïnos se figea. Le pauvre continua en disant : « En te voyant, j’ai vu le Seigneur, car tu fus ma providence. C’est par ta forme que j’ai compris la Vérité. Je suis devenu grâce à toi un croyant. » Phaïnos paralysé de sa faute leva les yeux vers le ciel. Le pauvre continua à lui dire : « Deviens comme moi, par toi, un enfant du Seigneur ! Marchons ensemble vers Lui. Car Il nous aime. » Sur ces derniers mots du pauvre, Phaïnos transforma son ombre en Lumière et se mit à genoux. Hurlant de douleur, il demanda le pardon à l’Éternel. Et devenu pure Lumière, il rentra dans le corps du pauvre, et ainsi, les deux s’envolèrent au royaume du Seigneur. Depuis ce soir-là, à travers le trou du toit, le soleil rentra dans la maison.

Écrit par Merci
Aucune devise s'il vous plaît.
Catégorie : poèmes divers
Publié le 24/03/2017
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 24/03/2017 à 20:39:19
Bonjour,
Pour moi, c'est pas mal du tout.
Il y a dans votre texte quelques fautes de syntaxe et de conjugaison également mais il est bien écrit.
Je vous relirai car je ne suis pas certaine d'avoir bien saisi la conversion de Phaïnos dans le dernier paragraphe.
Bref, j'ai bien aimé.
Merci.
Iloa Mys
Posté le 24/03/2017 à 21:36:16
La conversion de Phaïnos ne se trouve pas seulement à la fin, mais pendant tout le récit. Comprenez ce que "Phaïnos" signifie (Phaïno). En vérité, le récit raconte comment la forme se transforme en essence. C'est la conversion de l'esprit et non du démon. Faut-il déjà comprendre le mot "démon" et "Satan" et "Diable". Ces termes veulent dire littéralement "celui qui sépare". Et pendant tout le récit, il y a une transformation de Phaïnos. Puis, à la fin il y a un retour à l?origine (si le diable sépare, alors l'origine est celle d'être Un). Bien sûr, je ne vais pas vous révéler tout le récit. Quand bien même, je serais incapable de le faire. Il faut comprendre certains symboles. C'est un peu comme le récit de Urashima Taro qui n'est pas du tout un récit d'un homme, mais le récit de l?ascension spirituelle.

Je pourrais cependant vous divulguer certains secrets, bien qu'elles ne le soient pas réellement, du symbolisme. Si Phaïnos, en descendant la vallée de l'argile, se met devant l'horizon, ce n'est pas pour rien. En vérité, cela signifie que la forme (Phaïnos) est ce qui se trouve à l'horizon (devant le regard de tout le monde). Et par ce que c'est la forme qui s'y trouve, la Vérité est donc cachée (la réalité n'est qu'un voile de la Vérité). Ce qui veut dire que pour comprendre la vérité, il faut aller au-delà de l'apparence, de ce qui se porte devant nous (ce que le pauvre fait justement).

Ensuite, les trois personnages ne sont pas choisis au hasard. Il y a le croyant (symboliser par la prière), le savant (symboliser par le livre) et le pauvre (qui est symboliser par sa pauvreté). Ces trois personnages sont trois étapes spirituelles. Au début nous sommes croyants (par tradition) ensuite nous cherchons la vérité (par l?étude; la plupart du temps, les gens s'arrêtent là), et pour finir, il y a la sagesse (par l'acceptation de son ignorance). Le premier, regarde-le la fenêtre: le monde qu'il voit n'est que donné à travers un prisme, c?est-à-dire que sa réalité ne dépend que d?un « voile ». Le second le miroir: le savant se regarde lui-même et non plus le monde, il devient orgueilleux, c?est-à-dire que le savant fonde tout sur ses connaissances et non sur la vérité. Le dernier regarde le ciel: il regarde Dieu et s'oublie, car ce n'est plus lui ou le monde qu'il contemple, mais Dieu.
Il y a tant autre chose à dire encore, comme la vallée de l'argile, le symbolisme des maisons, même les discussions ont un sens profond, les majuscules, les mots utilisés, etc. Mais surtout, quand on comprend ces symbolismes, l'histoire n'est plus le même et le sujet aussi.
Merci
Posté le 24/03/2017 à 23:38:46
Le texte et le commentaire sont très intéressants. Je m'intéresse vivement à la mystique et à l'ésotérisme, sans être bien sûr un spécialiste, juste en amateur passionné. Aussi, et c'est facile à dire, merci à vous Merci.
Vous avez sans doute dû lire les apologues des maîtres du zen. Avez-vous lu "Le Jeu des perles de verre" de Hermann Hesse ? Et "Siddhârta" ?
jacou
Posté le 25/03/2017 à 00:00:36
Non je n'ai pas lu cela. Mais je vous remercie de mes les citer. Si vous vous intéressez à la mystique et à l?ésotérisme, je vous conseille René Guénon, qui est un très grand métaphysicien et qui a écrit énormément sur la Tradition primordial et nombreux religions et symbolisme. Mais je suis sûr que vous le connaissez déjà. Par contre, Frithjof Schuon est moins connu, mais est très intéressant. Sinon, allez voir du côté de l'Islam tel que Rûmi, Ibn Arabi, Farid Al-din Attar (qui a écrit un magnifique poème sur les oiseaux remplit de symbolisme : le Cantique des Oiseaux. La meilleure traduction est surement celle de Leili Anvar, celle qui anime les racines du ciel sur France culture). Sinon, des grands comme Maitre Eckhart. Mais avant de vous plonger dedans, je vous conseille de lire un peu de théologie pour ne pas rentrer dans des idées trop loin de la Vérité. Les meilleurs des livres restent incontestablement les Livres saints.
Merci
Posté le 25/03/2017 à 10:02:00
J'ai lu Maître Eckhart il y a une dizaine d'années et le relirai avec plaisir. J'ai commencé à découvrir René Guénon, pour lequel j'ai beaucoup de respect.
Je note vos références sur les auteurs de l'Islam et vous en remercie : Attar m'attire beaucoup.
"La rose est sans pourquoi" (Angélus Silesius)
jacou
Posté le 25/03/2017 à 12:06:26
Vous faites très bien de considérer Guénon. Il est pour moi l'un des plus grands auteurs que ces derniers siècles a connue. Je pourrais vous conseiller des livres de lui, si tout de fois vous le désirez.

La rose, dans nombreuses traditions, est synonymes du cœur, mais non le cœur matériel, mais plutôt le cœur spirituel. A vrai dire, ce cœur est la seule chose qui nous relie avec Dieu. C'est pourquoi, il est "sans pourquoi", car tout ce qu'il exprime est de la pure volonté divine. Celui qui ne vit que par ce cœur, n'est que pure parole de Dieu. Or, il n'y avait que Jésus qui n'était que Cœur. Cependant, nous les hommes avons aussi ce cœur, et c'est pourquoi, il faut l'entendre.
Merci
Posté le 25/03/2017 à 12:41:14
De Guénon, j'ai dans ma bibliothèque "La Crise du monde moderne", qui est son livre d'initiation à ses conceptions je crois, et j'ai lu aussi "Orient et Occident". Je partage votre avis sur la force de son esprit et sa sagesse nourrie à diverses sources et traditions religieuses. Je recevrais vos conseils de lectures avec plaisir.

Je vous rejoins sur le symbolisme de la Rose.
jacou
Posté le 26/03/2017 à 00:45:21
En réalité, tous ses livres sont a conseiller. Cependant, quelques unes que j'ai fortement aimer c'est "introduction générale à l'études des doctrines hindoues", "le symbolisme de la croix" et aussi "roi du monde". Mais se sont des livres d'introduction de la métaphysique (ou de la tradition primordial) et du symbolisme. Ensuite, pour faire une étude plus approfondit, il y a "Les états multiple de l'être", "La métaphysique orientale", "Le règne de la quantité et les signe du temps" et "Les principes du calcul infinitésimal". Mais voici que je vous propose de trop, c'est pour cela que je vous dirait humblement de vous tourner alors sur son recueil: "Symbolisme de la science sacrée" qui est un corpus de plusieurs articles qu'il a écrit durant sa vie dans plusieurs revues différentes. Cela traite de toute sorte de chose, de plusieurs manière différentes et on en sort plus grand après sa lecture.
Merci
Posté le 26/03/2017 à 05:16:06
Je vous remercie pour vos conseils de lectures. Je vais commencer, ou plutôt recommencer à lire Guénon, par ce "Symbolisme de la science sacrée", qui me paraît être attrayant par sa forme : un recueil d'articles peut sembler plus facile d'accès.
"Le règne de la quantité..." attire mon attention, aussi.
jacou
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

19/11 10:41Yuba
Bonjour Georges, bonjour Zigzag..bonjo ur aux rêveurs d'évasions sans frontières...
19/11 08:08jacou
Bonjour à tous, ouvrez-nous encore ce jour le vaste domaine de vos poésies !
18/11 06:30Zigzag
Perdu des poemes écrits à la main, donc un peu de mauvaise humeur passagère
18/11 06:29Zigzag
Salutations!
18/11 03:17jacou
Bonjour Assia, Daniel, Marine.
18/11 02:13grêle
Je vous souhaite sur icetea un excellent dimanche gorgé de poésie chaleureuse
18/11 11:54lefebvre
Bon dimanche ensoleillé à toutes et à tous
18/11 10:20Yuba
Bonjour et excellent dimanche à toutes et tous ..ici il s'entame sous musique pluviale ...
18/11 09:44jacou
Bon dimanche.
18/11 12:32jacou
Puisses-tu revenir parmi nous bientôt, te blottir au cœur de toi, et faire rayonner la lumière de ta générosité et de ta gentillesse qui nous a illuminée ici.
18/11 12:30jacou
Bonsoir douce Suane, je te souhaite une nuit consolatrice. Les épreuves de la vie que nous surmontons élèvent nos âmes en êtres de lumière...
18/11 12:16suane
Belle et douce lumineuse nuit...Prenez soin de votre âme... Amicalement.
18/11 12:15suane
Bonsoir à tous, je m'absente quelque temps afin d'accompagner un être cher sur le chemin de la consolation, éclairer son présent jusqu'à devenir une étoile...
17/11 10:58jacou
"Ce sont amis que vent emporte / Et il ventait devant ma porte..." (Rutebeuf)
17/11 10:49jacou
Bonjour ami(e)s que la poésie transporte, et il poétisait devant ma porte...
16/11 10:57Yuba
Bonjour Georges , bonjour Weedja et bonjour à tous les passeurs de mots sur ce pont de poésie...
16/11 09:44jacou
Bonjour la Compagnie des Poètes : troubadours, trouvères, aèdes, chanteurs...
15/11 01:47Weedja
Très bonne idée afin de contrer le changement de saison.
15/11 11:16Yuba
Bonjour Georges , bonjour Daniel et bonjour à toute la communauté icetea ...on va remplacer le thé glacé par des boissons chaudes à volonté ! lol !
15/11 11:15lefebvre
Bonjour Georges et bonjour à tous les poètes

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 52 invités