Pauvre de toi ! Toi qui sans cesse s’es jeté
Dans la gueule du lion, en disant :
« Mais mes vœux sont ceux des libertés
Que les droits des hommes ont donnés à leur partisan.
Quel mal trouverais-je dans les plaisirs
Qui nous a été accordé par ces agnostiques ?
Ces mêmes hommes qui demandent de sévir
Le temple des blasphèmes et des hérétiques ? »
Je te dirais, mon frère, d’une voix vraie :
« Si ton œil te fait chuter, arrache-le et il te suffirait !
Car vaut mieux vivre une vie entière
Sans celui-ci, qu’une éternité dans l’enfer !
Comprends-tu ce qu'il est, ce mystère ?
Comprends-tu comment on se libère ? »
Mais tes oreilles entendent, mais n’écoutent pas ;
Tes yeux regardent, mais ne vois pas ;
Ta bouche parle, mais ne dit rien,
Ta raison pense, mais ne sait rien.
Que celui qui regarde voit !
Que celui qui entend écoute !
Que celui qui parle dit !
Que celui qui pense sait !
O mes frères ! Je ne vois rien de cela dans vos gestes,
Car elles sont marquées par le nombre de l’homme.
O mes frères, votre droiture s’est gauchie
Car vous pensez la droite en regardant la gauche.
Pauvre de toi ! Ton savoir te nourrit
Et ton ignorance dépense ton esprit !
Tu penses que le discours achète la paix,
Et que la guerre se fait par les prières.
Tu crois à ces hommes qui vous disent :
« Hommes des villes ! Croyez mes commandements !
Car ceux-ci ne sont pas écrits par la main de la bêtise
Mais par la main des hommes qui jamais ne vous mentent ! »
Et toi tu te dis : « Je sais qu’ils nous mentent
Mais ma vie n’a rien avoir avec ces menteurs
Car celle-ci est donnée par ma raison indépendante
Qui est contre les idées oppresseur »
Mais moi, je te réponds : « toi qui dis
Je suis contre ces gens-là !
Pourquoi vénérer donc ce qu’ils ne t’interdisent ?
Penses-tu que c’est leurs offrandes qui te béni ?
Penses-tu que c’est leur demande qui glorifie ?
Que ta beauté se trouve sur ton corps,
Tels qu’ils te le disent ? »
Ainsi, mon frère, tu sais que tu te précipites
Dans la gueule du lion,
Et ton âme est marquée par le nombre
Que seule la sagesse peut calculer.
Ta liberté t’a été donnée pour avoir le pouvoir
D’aller chercher la Lumière
Mais au lieu de cela, tu cherches à savoir
Comment justifier ta misère.
La bête est médisante et séduisante,
Et c’est par ton désir qu’il t’appelle en disant :
« Ton seul Dieu c’est la facilité satisfaisante,
Et ton seul règne c’est le corps des offrants ! »
En vérité, il dit : « Ton seul Dieu c’est la prostitution,
Et ton seul règne c’est ta dévotion ! »
Oui, mon frère, la Justice n’est pas dans leurs paroles,
Car seul le Verbe tenait la Vérité.
Il l’avait expliqué en plusieurs paraboles,
Et une seule suffirait à changer la nuit en clarté.
Je te le demande : « Ouvre donc ce Livre,
Où l’homme trouve refuge,
Où l’ignorant trouve le savoir,
Puisque seul Celui-ci renferme la Justice.
Comprends que le Bien et le Mal,
N’est pas comme celui du blasphème.
Ils sont nobles et leurs discernements est véritables.
Que celui qui tient ce savoir sème,
Pour que sa récolte soit belle et saine
Comprends, mon frère, c’est cela qui doit être fait !
Au nom du Salut, je vous demande de chercher le Sauveur.
Qui se trouve en chaque cœur.

Écrit par Merci
Aucune devise s'il vous plaît.
Catégorie : poèmes divers
Publié le 18/02/2017
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 18/02/2017 à 22:44:37
Du coffre du coeur du mordant
Un peu trop compact pour bien digérer l'ensemble mais à chacun de suivre son régime
James Px
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

24/01 12:36jacou
Bonsoir Lise et Assia
23/01 10:51Yuba
Bonsoir Lise , bonsoir tout le monde :)
23/01 08:28marquisa
Bonsoir, la Bourgogne a revêti son blanc manteau couleur hermine . Bonne soirée à tous. Amicalement. Lyse .
23/01 02:07jacou
Bonjour vous qui venez ici, belle journée à vous ! Neige ou non, le jour est poésie...
23/01 10:02Yuba
Bonjour poètesses et poêtes ...agréable journée dans les évasions au coeur de la lyre de vos mots .
22/01 11:35jacou
Bonjour Marinette et Assia. Nous quittons ton tonton qui tond , "ta Katy t'a quitté" (Bobby Lapointe).
22/01 11:14Yuba
Salut marinette, ici c'est ; six scies scient six cigarettes ;)
22/01 11:03marinette
coucou tonton ton thé t'a-t-il ôté ta toux
22/01 09:37jacou
Bonjour Assia, bonjour aux gens que poésie convie sur ces berges fleuries.
22/01 08:14Yuba
"Tous les poèmes "
22/01 08:13Yuba
Bonjour tout le monde ...comme l'accès à la page d'acceuil est encore bloqué , on peut passer par "la liste des poèmes "
21/01 06:55Yuba
Mais pas complètement ...
21/01 06:53Yuba
Enfin ! Nous sommes en ligne !
21/01 06:45jacou
Notre administrateu r fluminis fait ce qu'il faut pour rétablir le site en accès complet.
21/01 06:44jacou
Bonsoir à la communauté poétique ! Désolé pour ce dérangement momentané...
20/01 06:32jacou
Bonsoir et merci Weedja. Bon dimanche !
20/01 06:19Weedja
Merci à tout les artisans et partisans du site et bon dimanche.
20/01 12:52jacou
Bonjour romantique Sylvain, beau dimanche !
20/01 12:40romantique
bonjour a tous bonne création...
20/01 10:29Yuba
Bonjour poètes et poètesses ..je vous envoie un air plein d'éteincelles : le soleil a remplacé la nuit pluvieuse :)

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 31 invités