Le silence fait taire
Ma mère vague l'écume
De proche reproche
De l'un de l'une

Sa chanson est un fado
Il m'enserre le cœur
Elle embrasse par ses mots
Les vivants puis les morts

Je suis douce
Je suis fille
je suis enfant

On est si peu
Rêveuses du jour
D'un ciel limpide
D'un ciel toujours bleu

Et au frisson d'un matin
qui effleure simplement
l'insaisissable
du sens de la vie

À frémir sans bruits
Rien d'autre n'est semblable

Écrit par MARIE L.
tralalala
Catégorie : Divers
Publié le 06/11/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 06/11/2019 à 17:37:57
Oui ! Chère Marie L ,
Rien n'est semblable à la chanson silencieuse d'une mère ...
Sans parler sans même bouger , juste par un regard elle fait enjoliver la vie autour de toi qui au besoin fera aussi éloigner les vautours autour de son enfant...
Ce poème va aux favoris car j'avais besoin de le lire ...
Bisous ma L ***
Yuba
Posté le 06/11/2019 à 18:18:08
Le silence en vos mots résonne comme le chant de l'océan mouvant du coeur, comme l'infini du ciel de l'âme.
Matriochka
Posté le 06/11/2019 à 18:31:49
Top !

domi...
dom1
Posté le 06/11/2019 à 19:41:56
quelle sensibilité magique intense bises:)
romantique
Posté le 06/11/2019 à 19:53:28
J'adore cette fin poétique où tout est dit. Les frémissements nous maintiennent en vie. Un frisson et c'est le corps entier qui se met en marche, l'esprit en éveil. J'aime lire ta jolie poésie légère mais profonde quand elle est relue avec les yeux de l'âme. Merci Marie aux ailes déployées.
jacou
Posté le 06/11/2019 à 23:07:56
Fado

Vous entrez fatigué sans espoir
Envie de repartir
La lumière s’éteint
Il arrive tout noir
Et tout de suite chante
Non il ne chante pas
Il pleure dans son âme
Déjà la larme vient
Je suis collée au ciel
Cet infini saudade
venu on ne sait d’où
Avec la voix qui chuinte
Il est là sur sa chaise
Respirant sa guitare
Et moi je ne respire plus
Cante hondo
Entre une contrebasse
Une guitare enfant
Aux harmoniques fins
Des finales soudaines
Me laissent suspendue
Et le chant continue
Et chuinte
Puis vient un cavalquinho
Et une clarinette
Qui sortent par instants
Trois accords si discrets
Recueillement respect
Du gris du noir du blanc
Aucun effet de son de scène
Tout vient du centre du ventre
Je suis perdue qui suis-je
Antonio Zambujo dit
je suis fatigué
Naturel simplement
Et il reprend
Au bout de quelques chants
Il dit voilà c’est fini
Je crie non
Ils se lèvent et saluent
On applaudit tristesse
Et il revient tout seul
Chanter
Un fado de son cœur
Son fardeau sa souffrance
Si dure et si légère
Il dit je ne sais pas
Pourquoi je chante
Le fado
Je ne partirai plus
j’ai mis mon âme en l’air
Où suis-je
Tristeza coraçao .

2 avril 2011-marine
marinette
Posté le 08/11/2019 à 11:31:47
Des mots en décoction agréable.
Le silence n'a qu'à bien se tenir !
Weedja
Posté le 08/11/2019 à 13:44:43
Ce poème est plus que beau il est magnifique tendre et plein de sensibilité. Douce Marie je le garde vers moi et je sais que souvent je m'imprégnerai de ses mots. Belle journée
roserose
Posté le 14/11/2019 à 16:58:16
Rien n'égale le silence, c'est si vrai ...
En lui toutes les musiques.
En lui tous les horizons ...

Merci pour ce très beau poème, tout en effleurements,
si pénétré de silence :)
Ombrefeuille
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

03/06 05:18Yuba
Bonjour tout le monde ...souhaitons un joyeux anniversaire à Zigzag :)
01/06 06:57Lys-Clea
ET de plus, si de l'Au-delà, un Jour, des Feuilles en descendent, tu serais le Premier à ouvrir la Voie ..
01/06 06:55CRO-MAGNON
au seuil de la mort, j'écrirai encore !
01/06 06:52Lys-Clea
Pourquoi penser à une Fin ?
01/06 06:46CRO-MAGNON
Pourquoi tant d'inspiration ? En 4 ans 1000 poèmes écrits, mon 15ème recueil qui est bientôt prêt à paraître, à quand la fin ?
01/06 06:43Lys-Clea
Et Ils captivent ... Age de Pierre à nos Jours, non ?
01/06 06:42CRO-MAGNON
L'univers réel et imaginaire tels sont mes mondes !
01/06 06:39Lys-Clea
Bonsoir Olivier .. de L'univers !
01/06 06:35CRO-MAGNON
Bonjour Claire ! Bonjour Georges ! Bonjour aux autres !
01/06 06:31jacou
Bonsoir Marinette et Emirelo, bonsoir à tous les membres d'Icetea !
01/06 06:26Emirelo
une petite fleur jaune en passant...
31/05 05:11marinette
c'est demain que l'esprit descendra sur nos têtes
31/05 05:07jacou
Bonjour à tous et bon dimanche en soirées douces et si précieuses, quand lundi est lendemain de fête ! :)
31/05 03:36Matriochka
Bonjour à toutes et tous ;) Merci beaucoup Assia :) Belle et bonne Fête des Mères à toi :) Pour nous il faut encore attendre 1 petite semaine ;) Mais excellent dimanche à toutes et tous :)
31/05 02:48Yuba
Bonjour Daniel et bonjour à tous ...bonne fête à toutes les mamans du site :)
31/05 08:49lefebvre
Bonjour les poètes, je vous souhaite un beau dimanche encombré de belles rimes
31/05 07:49marinette
salut ferdinand et tout le monde je veux l'énigme des chalets
30/05 01:39Sorel Ferdinand
Salut tout le monde.
30/05 12:54jacou
Bonjour, excellent samedi à vous tous, artistes de la plume et du clavier !
30/05 08:56eliosir
Merci pour cette jolie pensée. Je vous envoie plein d'étoiles.

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 105 invités