Son dernier message
Ne me contactera plus

L'heuristique ne s'accélère pas
C'est seulement ta mémoire
Qui s'égrène dans les ventricules du fauve
Ce qui restait gravé dans ton disque dur
Est maintenant effacé en quelques jours
Ce que tu oubliais après de longues nuits solitaires
Des années de bonheur et de souffrance
Est maintenant balayé en quelques heures
Dans le bocal sans fond d'un vortex
Où ton amnésie danse
Avec les filaments des méduses
Et pourtant tu vis sans cesse
Sous l'emprise tyrannique de ton passé
Au large de la passion où cohabite
Tes sens les plus extrêmes

Shut up please
Parle-moi de poésie
Hier j'ai oublié que j'étais si vieux
En essayant de compter mes cheveux
Entre les noirs et les blancs
Me voilà face à un bel échec
Et mes pieds se sont mis à courir
Comme s'ils voulaient de me dire
Eh James bouge ton cul
Tu pourrais mieux écrire
What are you waiting for
Que la lune se fasse plus ronde
Ok j'y vais
Comme l'heure de pointe
À travers le métro bondé
Pour arriver en premier
On se dira au revoir
Comme ces vieillards sur ce banc confiné
Cela sans rien dire
Ils commencent à parler du temps
En regardant obstinément le sol
Pour que personne ne remarque
Leur visage masqué
Par une veine d'angoisse bleue
N'abandonne pas la moisson
Jette-moi ton masque à la figure
Je crèverai plus vite

Je me suis réveillé lentement
Avec le corps attaché à ta silhouette
Et à la fenêtre entrouverte
De mes yeux une chatte noire est sortie
Condensé à la voix
Dans la balance de mon smartphone
Je ne pèse plus personne
Ni même ton cœur à l'aurore
Ton visage au crépuscule
Tout est redescendu au sous-sol
Tes SMS sans noms ni destinations
Tes traces d'ongles à mes chairs
Mon sang d'encre les a effacées
Tes cheveux sous mes caresses
Se sont envolés rejoindre l'impersonnel
Tes messages se sont perdus
Dans ton sourire meurtri
Qui a été toutes ses nuits passées
Loin de moi

Et où a fini le chagrin inutile
Qui a gardé tant de solitude
Au département des furies en sommeil
Au vers qui vous évoque
Vous chine
Au bac de recyclage
Dans la jungle d'un virus
Qui rend dingue
Même le singe le plus agile
Et la mémoire m'a rappelé ces nuances
Aime-t-on aimer ce que l'on désire
Désire-t-on aimer ce que l'on aime
Aime-t-on aimer ce que l'on aime
Désire-t-on aimer ce que l'on désire
Aime-t-on désirer ce que l'on désire
Désire-t-on désirer ce que l'on aime
Aime-t-on désirer ce que l'on aime
Désire-t-on désirer ce que l'on désire

Quelle chose divine si vraie
Je me suis réveillé en t'aimant
Encore

Écrit par James Px
« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. » Textes sous Copyright numéro 00048772-1
Catégorie : Amour
Publié le 09/10/2020
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 09/10/2020 à 10:18:32
je te lis
justine
Posté le 09/10/2020 à 12:05:15
Justine... Il paraît que je fais souvent de l'esthétisation de la dépression !
Je transforme un souffle au c?ur en nénuphar volant
James Px
Posté le 09/10/2020 à 14:11:52
c'est bien
moi je fais le contraire
justine
Posté le 09/10/2020 à 16:02:41
Superbe réflexion poétique et terrible histoire celle de l'amour abandonné au seuil de l'âge. Très beau texte émouvant et touchant. Il à l'âme de ceux qui ont aimé vraiment. Bravo
philomène
Posté le 12/10/2020 à 13:34:29
Justine... tout est son contraire c'est quand même nous
James Px
Posté le 12/10/2020 à 13:35:04
philomène... merci pour votre justesse analytique
James Px
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

31/10 06:03Ombrefeuille
Ceci dit, bon courage et prenez soin de vous :)
31/10 06:03Ombrefeuille
D'autant qu'avec les masques et les dispositifs tels que "click & collect", ce serait envisageable ...
31/10 06:02Ombrefeuille
Mais dans les faits, cela revient au même. Si on peut acheter du bricolage et de quoi manger, pourquoi ne pas pouvoir le faire dans le domaine culturel ?
31/10 06:01Ombrefeuille
Bonsoir à tous et à chacun. J'avoue partager les regrets exprimés par Matriochka. Nul n'a dit explicitement , en effet, que seul le corps avait besoin qu'on s'occupe de lui pendant ce nouveau confinement ...
31/10 05:19Iloamys
Comme si quelqu'un avait dit le contraire.
31/10 04:00Matriochka
Comme si l'esprit n'avait pas besoin d'être nourri lui aussi!
31/10 03:59Matriochka
Marquisa, Jacou, tout à fait d'accord avec vous. Dommage que la vision des besoins essentiels se réduisent uniquement aux besoins physiologique s et organiques.
31/10 03:57Matriochka
Bonjour à toutes les belles plumes de notre communauté, et bon week-end malgré la situation morose et le reconfinement :)
31/10 02:24Iloamys
Si un jour vos yeux vous trahissent, Marquisa, vous aurez toujours la possibilité de vous tourner vers la bibliothèque sonore.
Gardez cette option dans un coin de votre tête pour apaiser votre plus grande hantise.
;-)
31/10 01:27marquisa
Moi, ma plus grande hantise serait que mes yeux ne me portent plus et non mes jambes, la lecture est un baton de vieillesse. Bonne continuation à tous, chacun dans leur domaine respectif. 🎶
31/10 12:28jacou
🙂
31/10 12:24silencieuses59
Après, si vraiment nous n'avons plus de livres à lire... Il restera toujours les 84306 poèmes à lire sur fluminis. Merci jacou. Je veillerai sur mes pétales. 🙂
31/10 12:20jacou
Protégez-vous , Marquisa, Iloamys et Silencieuse ! Les poétesses sont des fleurs fragiles lol (attention, je suis féministe :D) !
31/10 12:18jacou
Heureusement, ma ville a deux bibliothèques , et les prêts ont été étendus : j'ai donc emprunté une tripotée de bouquins, de quoi tenir un siège :D
31/10 12:18Iloamys
Lol
31/10 12:16jacou
Si, moi je mourrais si je ne pouvais pas lire !!!
31/10 12:16Iloamys
Ne pas pouvoir lire de livres durant un mois ou deux n'a jamais fait mourir les gens.
:-)
31/10 12:16jacou
Or, j'aime les librairies comme les bibliothèques et autres médiathèques. ..
31/10 12:15jacou
Cependant, Iloamys a raison, les grandes surfaces ne sont pas prioritaires sur la vente des livres, elles font, là, concurrence aux librairies qui se meurent.
31/10 12:14silencieuses59
Tombes

Qui est en ligne

  • Membres :
  • Iloamys
  • Et aussi :
  • 100 invités