Tu vas manquer l'iris sauvage
La voyelle du vert
Quand débarquera l'invisible
La consonne d'hiver
Le triste vertige grandira
Quand la foi lyrique partira

Qui n'a pas un jardin au paradis
Appelé fac et spera

La boue s'est retirée
Et laisse s’échouer l’angoisse
Sur la route fracturée
Les pierres dans le chaos parlent-elles
Tout nous exige
Nous voit
Nous cherchons entre les jupes maternelles du destin
Nos maisons nos chats nos sourires
Tout ce qui est inutile est assassin

Deux mains qui se perdent
C'est assez pour le trou du monde
Ohé mortel
Quelle poésie est importante
Si personne ne la lit
As-tu soif
Quelle goutte d'eau est dans la boue
Pour qu'elle ne se perde pas

Qu'espérerons-nous avec l'illusion perdue
Quelle solitude attend
Car le temps ne se dissolve pas
Et si le monde a péri pour un adieu
Le monde ressuscitera
Quand le vert reviendra

Un ciel sans couches
Pour l'absence bestiale
Un peu d'égo
Qui m’aime de désir
Tes lèvres endormies dans mes vers
Qui crient ta présence
Et embrassent encore
Tes épines de douleur

.

Écrit par James Px
« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. » Textes sous Copyright numéro 00048772-1
Catégorie : Amour
Publié le 08/10/2020
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 08/10/2020 à 14:17:13
c'est beau même si je ne comprends pas
justine
Posté le 08/10/2020 à 15:37:34
C'est un melting pot inchoatif de la semaine entre la catastrophe des Alpes Maritimes (la boue), le prix nobel louise glük (L'iris sauvage... entre autres) et mes états d'âme (un peu d'égo)... Voilà le tout dans une marmite surréaliste qui cherche le train
James Px
Posté le 08/10/2020 à 16:29:25
L’IRIS SAUVAGE

Au bout de ma douleur
il y avait une porte.
Écoute-moi bien : ce que tu appelles la mort,
je m’en souviens.
En haut, des bruits, le bruissement des branches de pin.
Puis plus rien. Le soleil pâle
vacilla sur la surface sèche.
C’est une chose terrible que de survivre
comme conscience
enterrée dans la terre sombre.
Puis ce fut terminé : ce que tu crains, être
une âme et incapable
de parler prenant brutalement fin, la terre raide
pliant un peu. Et ce que je crus être
des oiseaux sautillant dans les petits arbustes.
Toi qui ne te souviens pas
du passage depuis l’autre monde
je te dis que je pouvais de nouveau parler : tout ce qui
revient de l’oubli revient
pour trouver une voix :
du centre de ma vie surgit
une grande fontaine, ombres
bleu foncé sur eau marine azurée.

Louise Glück
James Px
Posté le 08/10/2020 à 17:08:59
J’habite un iris

Alors que j’ai vu l’Everest
Au croisement de Shibuya
Perdue dans mon kenshô
Immobile au flot des autos
Je reste vide sans éprouver
La béatitude des cerisiers

Dans l’indifférence bienveillante
Des chefs d’œuvre
Dans ma profonde porosité
Pour les ténèbres imparfaites
Des pénultièmes fonds
Où pleurent les baleines

Dans la nuit
En lambeau de néant fatigué
En lendemain de veille
Vide dans l’argent blanc
La politesse des gênés

On n’est pas obligé d’être heureux
Au parc de Shorigane
On peut choisir de mourir
Pour ne pas avoir à choisir

Et je reste

Au centre du carrefour Shibuya
Dans la perception imminente

Dans mon iris

.

Marine
24 mai 2015
justine
Posté le 08/10/2020 à 20:42:16
merci james pour cette écriture si particulière
"quelle goutte d'eau est dans la boue pour qu'elle ne se perde pas "
rien n'est plus précieux que la vie...
MARIE L.
Posté le 08/10/2020 à 22:00:25
Justine... tu me le glisse en mp ce beau texte j'habite un iris...
Merci...
James Px
Posté le 08/10/2020 à 22:06:53
MARIE L. Vers une impasse même particulière la direction est toute indiquée pour ne pas se perdre...
James Px
Posté le 09/10/2020 à 10:21:44
Les iris

J’ai plein d’iris dans ma venelle
Comme des iris de bord d’eau
Comme les cils de ma prunelle
Qui cernent l’iris de mon eau
Mes yeux sont des lacs de saline
Qui vibrent d’émotivité
Et fondent au soleil vertical
Les iris ont besoin de larmes
Même si elles pleuvent au soleil
Les iris sont dans l’intervide
Du lac de cratère intime
Qui semble de surface lisse
Mais de profondeur sidérale
Les ans sèchent l’humeur liquide
Mais les iris violets de vide
Plongent au ciel
Au ciel livide

Pleurez mes yeux .
Je suis si triste.

Marine
5 mai 2019
justine
Posté le 12/10/2020 à 13:38:46
Justine... merci pour la lecture...
James Px
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

29/10 04:05Matriochka
Je disais donc... bon courage à tous, prenez bien soin de vous ;)
29/10 04:04Matriochka
Bonjour Justine, Jacou et toutes les belles plumes :) Ce soir les poètes seront de nouveau confinés, mais la poésie, elle, restera toujours libre de s'exprimer. Puisse-t-elle nous apporter son souflle! Bon coourage à tous, pren
29/10 02:54justine
dormez rêvez je veille
28/10 12:32jacou
Bonjour Matriochka, et vous tous. Avant le grand renfermement, très probable, en France, je vous souhaite un courage défiant toutes les épreuves, peuple des poètes ! :)
27/10 04:20Matriochka
Bonjour Yuba, Jacou et toutes les belles plumes :) Profitons du beau sourire de la poésie, étant donné que nous devons dissimuler le nôtre sous des masques ;)
27/10 02:46jacou
Bonjour Assia. Bonjour à tous, amis de la poésie, amis des heures gagnées !
27/10 10:21Yuba
Belle journée de mardi à vous toutes et tous chers poètes ! :)
26/10 09:41jacou
Bonsoir Daniel, Marquisa. Bonsoir à tous, poétesses et poètes qui mettez des mots sur les choses en temps de détresse.
26/10 07:48marquisa
Bonjour, même si nous devons porter le masque en ces périodes difficiles , gardez le sourire, vos yeux s'expriment encore pour vous. Bien poétiquement. Marquisa.
25/10 07:06lefebvre
Bonjour et bon dimanche à toutes et à tous, avec mon amitié
25/10 02:29jacou
Bonsoir Olivier, Matriochka, Justine... Merci Justine pour le rappel ! :)
25/10 01:34justine
il est 1h33
24/10 08:48justine
bonsoir n'oubliez pas de reculer le temps pour vous rapprocher de l'horloger divin .
24/10 04:48Matriochka
Bonjour à tous :) Ceux qui ne sont pas (encore) sous couvre-feu, levez la main, ça sera plus simple à compter! Bon week-end à vous toutes et tous :)
24/10 11:58CRO-MAGNON
Bonjour à tout le monde !
24/10 11:27jacou
Bonjour Daniel et Assia, bonjour à vous tous, peuplade poétique, et que ce samedi vous galvanise !
24/10 11:21Yuba
Bonjour Daniel , agréable samedi à tous nos poètes!
24/10 08:37lefebvre
Bonjour les poètes je vous souhaite une belle fin de semaine.
23/10 01:54justine
bonjour à tous
23/10 12:00jacou
Bonjour Justine, Marquisa, Daniel, et à vous tous ! Où que vous soyez en ce jour, bon courage à tous !!! Week-end en approche...

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 127 invités