Déconfit face au numerus clausus
Arrête d'écrire je ne suis pas à la hauteur
Mais une chance minuscule s'agrippe à mon coup
Il est 5h59 je n'ai plus de café
Encore une bonne nouvelle comptable
À l'heure lasse et déroutante
Où le corbeau cire ses bottes noires
J'enfile mes Décathlon rouges
Et je pars courir jusqu'au labeur
Tranquillement
Tout en me rappelant
De ce petit matin du premier avril

Je traversai la ville de la pure science fiction
Même les pollinisateurs furent configurés à rester sous cloche
Ils n'attendirent plus rien
Ni même la perruche de la gardienne
Il s'écoula une heure sans parler
Je fus vraiment tout seul j'eus soif
D'oranges pressées et de kiwis
Le vent se leva autour de lâches rais incolores
Il n'y a que les arbres qui chantèrent
Je ne compris pas les paroles
On prend de l'âge même si rien ne se passe
Je devins sourd comme la sagesse d'un défaut
Alors je composai avec ce qui vint de l'intérieur
C'est ce qui me fit flipper
Et apparurent les anges sur leur manège existentiel
Mes solidarités du jour
Elles attendirent l'ouverture d'une méditation

Peut être ailleurs quelqu'un m'attend
Le rêve est le dernier îlot vierge
Où l'homme cherche la femme attire

Courbaturé à la tâche de ne rien entreprendre
De retour à la beauté nocturne
Je me suis enfoncé dans le lit savoyard
Un héritage
Mes ancêtres ont dû baiser dedans
Il y a plus deux siècles
Lorsque le temps parlait aux cerises
J'y fait la sieste en diagonal l'été
Lorsqu'on est confiné à cause de la canicule
C'est ce qui nous pend au nez
Dès que le covid-19 laissera la place au vingt

J'ai les nerfs ni à vif ni à fleur
Tout se fane si vite
La lune est de plus en plus en retard
Je l'attends pour m'élever et briller
Vu l'année noire qui me bruine le sang
Ma peau s'enlise dans le vin rouge
Et quelques signes cannibalistiques
Dansent sur le pin de la table
Où mon père m'a souvent dit
James ne t'enflamme pas
Brûle uniquement tes heures dont tu as besoin
Pour sublimer le cœur qui t'aime
Mais où est-il ce cœur qui m'aime

À peine esquissé au fond de ce cercueil rose
Je condensai ses gouttelettes de vérités voyageuses
Qui maquillèrent mes yeux à l'abri des monstruosités
Pourtant l'orage fut sur moi
À deux marches du vide
Je me mêlai à la tempête
Aux abords de l'aube épineuse et passagère
Si le vent n’eut qu’un amour
Je l’eus épousé
Et si l'étoile fut cette épouse de poussière
J'eus connu ses enfants
Allâmes nous faire aimer
Dans les yeux de l'autre
Je devins l'oiseau bleu nuit
Toujours plus petit
Où mon visage humide sculpta dans sa fleur
L'ironie parée de lèvres bleues en sueur

L'art est la seule façon de fuir ma réalité
Est-il cette langue aquarelle
Dont le coton attend son cadre noyauté
À l'écorce impétrante de ma loyauté
Tant d'humains s'agitent dans leur cage à lapin

Du bout des doigts
Je fus tombé sur son ADN
Mon unique transfère
Et sa peau l'adresse de mes vers transfigurés
Nuée aux draps trempés comme si rien ne fut
Inébranlable gardien de ses nuits je fus
Pourquoi sauterais-je dans le vide imbécile
Le bâillement défiguré
Saoulerait-il mes cils
Et j'aimai son visage s'éclairer
Sur la noirceur de mon fantôme
Je me perdis dans la forêt de ses cheveux
L'aube vint et tout fut parti en fumée

Elle écrit encore sur son smartphone
Un retour aux sources d'un athée de l'amour
Personne à qui s’accrocher voilà mon histoire
Qui gommera mes pensées lacérées des soirs
Un homme mort ne pense plus
D'où ma conviction d'écrire
Sur toi amour torréfié
Où la nuit tombe comme un arrêt de mort
Sur un cœur toujours en vie

Écrit par James Px
« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. » Textes sous Copyright numéro 00048772-1
Catégorie : Amour
Publié le 03/05/2020
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 03/05/2020 à 15:09:30
plus on avance moins on bouge
et dans ce numerus on voit
que ce sera de plus en pire
quand tu fais trois pas
on t'enlise
mais garde le lit et la table
j'avais la table du curé
et la pendule de la mère
et tout est parti en fumée
au moins tu peux te résorber
marinette
Posté le 10/05/2020 à 13:54:59
mieux reculer pour aller plus loin
James Px
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

24/11 09:35ahcene mariche
salut poétique a tous
23/11 08:39justine
coucou bonne nuit
23/11 07:47Yuba
Bonsoir tout le monde ! 😊
23/11 06:59Iloamys
Alors chin, chin.
Je suis désolée. Je ferai attention la prochaine fois.
Mais toi...si tu ne réponds pas à mes messages de bonnes intentions, attends toi à un retour de bâton.
;-)
23/11 06:54CRO-MAGNON
Je n'abuse jamais, un vers de rime à la fois !
23/11 06:52Iloamys
Bonsoir Cro
;-)
T'abuses !
sourire
23/11 06:43CRO-MAGNON
Bonsoir Claire, Vanessa
22/11 04:15Matriochka
Bonjour Daniel, Jacou, Assia et toutes les plumes bien inspirées. Bonne fin de dimanche à vous, sous le ciel de la poésie!
22/11 08:11lefebvre
Bonjour les poètes, je vous souhaite un beau dimanche...av ec toute mon amitié.
21/11 12:46jacou
Bonjour Daniel et Assia. Bonjour et bon début de week-end, Mesdames et Messieurs !
21/11 10:46Yuba
Bonjour Daniel et Georges ...bonjour les poètesses et les poètes de la planète Icetea 🍹
21/11 06:50lefebvre
Bonjour, les poètes, que cette fin de semaine vous apporte la joie de vivre en poésie.
20/11 09:02jacou
Bonjour gentes poétesses, gentlemen poètes, que la journée vous soit douce, avant de clore cette semaine de labeur !
18/11 12:02Yuba
Bonjour Georges ...agréable journée à toutes et tous :)
18/11 12:17jacou
Bonsoir Justine et Le Clown. Il n'y a pas de mal, Le Clown, vous n'étiez nullement obligé d'écrire ici, mais votre courtoisie a pourvu à l'occasion...
17/11 10:29Le Clown
Bonsoir à tous,
je réalise que je n'étais pas passé ici vous saluer, j'ai posté comme un butor faisant fi des convenances.j e vous présente mes excuses.
heu reux de vous lire à nouveau. Courage et
17/11 12:35justine
hello héros de la guerre en cours masqués de fer tonitruands et convers
17/11 11:31jacou
Bonjour Jonathan ! Bonjour à tous, poètes affrontant des jours que l'Histoire retiendra dans ses archives !
17/11 09:32feuille_au_vent
Bonjour bonjour : )
16/11 01:24jacou
Bonjour Daniel et Assia. Bonjour à la petite communauté des poètes qui vivent sur Icetea ! Bonne semaine à vous !

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 125 invités