Je frotte le tissu de mes haillons, au trottoir solitaire,
rue fond d'poubelle.
Un cleps au pelage croûté,
hésite sur le sort d'une viande avariée.
Mistigri gris et son gang félin mettent la frousse
aux rats tatouilles qui meurent de trouille.
Mickey mouse est pris à partie,
pour une sale histoire
de peste noire.

Le fil décousu de ma misère vestimentaire,
sa quantité perd,
ce qui est rare est cher me dit l'érosion,
alors j'ajoute un pull,
une veste, un gilet,
au petit bonheur la chance.
Ma carcasse frileuse
fouille l'ordure fraiche d'hiver de ses doigts impairs,
par trois fois mordus par le froid.
Ils tenaillent un desespoir conciliant, se laissant faire.

Moi, gueuse et peau de chagrin, je chagrinne,
le passant et sa passante enlacés.
Mon oeil se plaint tandis que sa paire
scrute ses effets,
dans la prunelle fugueuse d'une âme lasse,
qui passe.
Je flaire à bon nez, les masques ordinaires
qu'il me faudra apprivoiser.
Alors un sourire-hypothèque dévoile l'ordre troublé
de ma bouche affamée,
encore une seconde de captivité.
La femme déja regarde l'homme,
l'homme se crispe, détourne les yeux,
je regarde la femme, elle, l'homme à nouveau.
Les yeux se croisent, se fuient,se répondent et s'annulent,
une valse charitable d'iris globuleux
sème la confusion sur des coeurs saignant de toutes leurs dents,
des symphonies de chairs vides,
d'esprits morts aux combats qu'ils livrent la nuit.

Le don généreux, fraternel,
une main gantée, une autre mutilée.
Risettes, et révérence de circonstance,
d'un geste qui contraste par sa vivacité,
je ramène le sou, brillant de toute sa conscience,
dans ma poche fripée.
Tout aureolé, l'argent content s'est réchauffé.

La manche signale sa présence
sous les tuiles de carton,
Là où le corps papier-mâché
dort sur ses rêves inachevés,
devil en villes bidons
Il laisse sa peau au silence,
quand sans nom,
Il se déplace.

Écrit par Hypothese
Un de ces bouquets de fleurs qui partent toujours à la recherche d'un coeur et ne trouvent qu'un vase.
(Romain Gary)
Catégorie : Social
Publié le 26/05/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 26/05/2019 à 12:56:58
Je pense à cendrillon en vous lisant hypothese, je ne suis pas doué en commentaire mais c'est croustillant d'ironie et de tendresse avec les jeux de mots dissimulés pauvre Mickey Mousse Joli expressif !!!
Babel
Posté le 26/05/2019 à 13:23:44
Je lis et je visualise l'arène de cette lutte incessante pour survivre. La rue ne pardonne pas, je l'ai testée pendant un mois, et par bonheur je n'eus pas à mendier grâce à l'aide financière d'un ami, mais le péril est d'y rester. Lorsqu'on y reste, c'est pour longtemps, d'autant que la plupart du temps, la tête ne va pas bien du tout. Être réduit à cet état, rat des rues, famélique, est cruel, et c'est pourtant un sort qu'on peut endiguer. Mon coeur se serre quand il m'arrive d'apercevoir de vieilles personnes fouillant des poubelles d'invendus, faute de retraites suffisantes.
Votre poème est très bien réalisé, une succession de vues chaotiques racontant cette histoire. Il prend aux tripes, ainsi que les textes forts le font. Merci Hypothese, sur ce sujet rien de trop n'est à dire.
jacou
Posté le 27/05/2019 à 02:40:14
Merci beaucoup Babel, votre commentaire est trés bien, je vous trouve doué, l'idée était d'incorporer des animaux façon toon pour rendre l'ambiance plus tendre moins pesante et la peste noire, pour ne pas situer dans le temps, rendre le poème désuet et moderne à la fois, qu'il n'est pas d'époque.
(Pour des raisons strictement intimes et personnelles mais pas gravissimes, je vais vous confier être fan entre autre de la série docteur Who, en gros c'est un alien "seigneur du temps"qui vient de la planète Gallifrey isolée temporellement lors de la guerre contre les Daleks), donc je trouvais interessant que ce poème "flotte"sans date.
Merci Jacou, effectivement j'ai voulu glisser cette notion de péril ensuite.
Et aussi les jeux de regards, les pensées et intentions de chacuns, il y avait là le désir de dire, que souvent le "pauvre" doit être un saint, attention à lui si il ruse, si il boit, si il fait du bruit... Alors que
Il est quand même dans la détresse, le fait qu'il s'achète du vin ou se plaigne ou tente d'amadouer n'enlève rien à la réalité de la situation.
Et puis quand il s'agit de survivre, la notion de baisser la tête n'est pas la même, l'angoisse ronge, le desespoir tue.
A la rue on se retrouve trés vite sans rien, petit a petit, parce que tout est compliqué, on perd, on se fait voler, la violence est terrible.
J'ai vu un reportage du samu social où une personne a la rue ne voulait même plus se rendre à l'hopital, il est gravement attaqué par toutes sortes de parasites. La detresse psychologique est insoutenable, comment une société à un moment donné va causer un tel tourment.
Merci encore d'avoir partagé votre experience.
Hypothese
Posté le 27/05/2019 à 04:38:10
Je ne rate jamais un reportage sur les gens à la rue. Ce que vous dites est malheureusement si vrai. Partout, il faut filer doux, montrer que l'on est soumis au conformisme. Être à la rue, c'est une lutte pour ne pas descendre toujours plus bas, avec la mort en point de mire. Chiens et autres compagnons, alcools, copains soulagent un peu, mais la vie est de ne pas abandonner la lutte continuelle. Et oui, les regards sur vous sont tels, que l'on a peur de cette ancienne société qui vous a rejeté et qu'on se met à rejeter également en retour, et alors on redoute le foyer d'un soir ou l'hôpital... Merci Hypothese pour ce petit peuple dont vous avez du souci.
jacou
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

16/07 01:38Babel
Bonjour et bonne journée à tous =)
16/07 09:55marinette
coucou Aria
16/07 06:16Aria
bonjour Marinette et bonjour à toutes les muses!
15/07 12:55Yuba
Bonjour Georges ...bonjour et agréable lundi à toutes et à tous :)
15/07 11:05jacou
Bonjour à tous qui, sur des chemins de braise, avancez l'esprit frais de vers tiédissant au bout de vos phalanges !
14/07 10:41Yuba
Bonjour Georges ! bonjour bon dimanche et agréable 14 juillet à toutes et tous ! :)
14/07 09:04jacou
Bon dimanche !
13/07 04:49Sorel Ferdinand
Bonjour Jacou
13/07 04:46jacou
Bonjour Sorel Ferdinand
13/07 04:25Sorel Ferdinand
Bonjour à tous
13/07 01:01jacou
Bons feux d'artifices ce soir aux habitants de France !
13/07 01:00jacou
Bonjour à vous tous qui abordez ce week-end avec vos poésies de soleil et de plénitude...
12/07 08:37jacou
Bonjour poétesses, poètes, bardes et aèdes qui fleurissez chaque jour !
11/07 08:42grêle
Bonjour bonjour feuille au vent marin dansante
11/07 08:26jacou
Bonjour capitaine de bord Jonathan
11/07 06:19feuille_au_vent
Bonjour moussaillons des horizons
11/07 12:27Yuba
Bonjour Marine, bonjour et agréable journée tout le monde ! :)
11/07 12:27Babel
RIP Vincent Lambert
11/07 06:12grêle
Bonjour agréable communauté inspirante !
10/07 08:55Babel
Belle soirée Grêle

Qui est en ligne

  • Modérateurs :
  • jacou
  • Et aussi :
  • 84 invités