Moi, Vincent !

Je suis né aux Pays-Bas, d’un père pasteur
Aîné de six enfants et élève quelconque
Apprenti chez Goupil, en art, un précurseur
Je fus un employé modèle chez mon Oncle.

Ursula ! Pourquoi m’as-tu trahi ? Je t’aimais !
Je croyais en l’amour absolu, éternel
Dans mon être profond, je fus tout ébranlé
Mais grâce à toi, j’ai trouvé enfin l’étincelle !

Je voulais consoler les humbles, car Dieu
Etait avec moi ! La lecture fut l’éclair
Dans les livres, mes bouquins, j’étais aux cieux
J’ai tout quitté pour devenir missionnaire !

Car Je fus un évangéliste chevronné
Parmi les ouvriers, j’ai sauvé un mineur
Mais on a dit que j’étais un peu perturbé
Nouvel échec ! Ma vie ne serait que malheur ?

J’ai décidé un jour que je serais Artiste !
Appris avec ferveur, les techniques picturales
Les Mangeurs de pommes de terre, oui ! C’est triste
Que voulez-vous faire, quand on a la fringale !

Je suis parti au sud, vers le Dieu-Soleil
J’ai peint impressions et jeux de lumière
Je me disais, que la nature m’émerveille
Elle a même changé mon sombre caractère !

Un jour, j’ai demandé à mon ami Gauguin
De venir me voir, le travail en solitaire
Pesait sur mon moral, mais hélas, un matin
Un coup de folie, j’ai eu l’acte sanguinaire !

J’ai menacé Paul, en m’emparant d’un rasoir
Il s’est enfui, lobe gauche sectionné
Je fus pris de démence, car tout était noir
J’ai mis fin à ma vie, Moi le passionné !

J’ai un regret, c’est de ne pas avoir fini
La lettre destinée à mon frère Théo
Je disais, celui que j’aimais à l’infini
Qu'il n'était pas, point, qu’un marchand de Corot !

Les Tournesols,

Peindre sans cesse, sans pouvoir s'arrêter
Machinale frénésie de coups de couteaux
Sur le blanc du tableau, à devoir guetter
L'éveil matinal, de noctambules pinceaux.

J'ai besoin de transcender mon brutal génie
Chimie de la drogue, alchimie du talent
En un cocktail détonant de schizophrénie
Je crains l'effet d'un caractère ambivalent.

Un jour d'été, soleil de plomb, un parasol
J'ai posé nonchalant palette de couleurs
Sur la table, soudain un pot de tournesols
Apparaît à la clarté d'un rai cajoleur.

Fiat Lux ! Tout est clair, net, précis, en un éclair
Je sors ma lame de la poche, sur la toile
Je fais le ciel, un effet caniculaire
La grandeur de l'astre, la chaleur de l'étoile.

En dessous, la plage, les rochers, l'océan
Les vagues sereines, apaisantes, un albatros
Dans l'azur du décor, au vol bienséant
Venant tout là-bas des îles Galapagos.

Il manque le principal, l'objet du sujet
En premier plan, ces sacrés tournesols
Je peins le pot rouge, les fleurs en quelques jets
Me coupant l'oreille qui tombe sur le sol.

Le tableau,

Le chevalet planté dans le sol, l’horizon
Pour décor, un cadre en bois, sur le châssis
Toile fixée, j’ai choisi le printemps pour saison
J’entrevois la sombre forêt et son lacis.

Devant moi le support, fier et arrogant
Qui me défie par son immaculée blancheur
Avant de l’affronter, je prépare l’onguent
De couleurs, le toisant, d’un regard accrocheur.

Tel un sorcier, je tourne autour du support
J’hume les senteurs, jette dans l’air de la terre
Pour voir le sens du vent, à tribord, à bâbord
Jaugeant l’angle d’attaque, l’assaut pigmentaire.

J’ai opté comme arme le couteau, tout un art
Maîtrise de la technique, gestes précis
Les touches vigoureuses, sans être couard
Le combat est risqué, l’objectif indécis.

Mon premier coup lui arrive en pleine face
Il titube sur son trépied, un jet de bleu
Sur son front lactescent, la scène prend place
Le gaillard est solide et fougueux, sacrebleu.

Une droite, du jaune, du rouge, du vert
Un gauche de côté, dernier uppercut
Il rend coup pour coup et j’esquive son revers
Le tableau est peint, j’ai enfin atteint mon but !

Écrit par CRO-MAGNON
L'ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit ! Aristote. J'affirme que mes doutes me font réfléchir ! Olivier WERBROUCK
Catégorie : Amitié
Publié le 09/07/2019
Ce texte est la propriété de son auteur. Vous n'avez en aucun cas le droit de le reproduire ou de l'utiliser de quelque manière que ce soit sans un accord écrit préalable de son auteur.
Poème Précédent

Partager ce poème:

Twitter

Poème Suivant
Commentaires
Annonces Google
Posté le 09/07/2019 à 01:40:09
J'ai vu le film retraçant sa vie c'est formidable.
eric
Posté le 09/07/2019 à 06:02:32
oui mais dans le film il ne se suicide pas, je crois qu'on lui tire dessus..
tu nous offres un bien joli poème hommage, Olivier merci
Aria
Posté le 09/07/2019 à 12:17:37
"Destin de Van Gogh"

Je suis un homme en bleu qui peint des soleils jaunes
Les tournesols en fleur inspirent ma passion
L'oeil est empli de larmes quand, voyant le Rhône
Il saisit du lilas la nuance en action

J'ai plus de pleurs en l'âme que nuits constellées
Et la lune qui est folle les soirs me guette
La divine absinthe absout mon esprit frappé
Aucune prudence quand l'art est une enquête !

Mais la danse de vingt couleurs couvrant mes toiles
(Vite mon oeuvre avive un bleu un vert un rouge)
Fait jaillir la lumière au puits secret des étoiles
Puis j'en sais assez pour vaincre tout ce qui bouge

Ma vareuse est laide et mon visage opiniâtre
Mais si vous saviez combien je me fous du sort
Je peins le soleil tel le feu flamboyant l'âtre
Les plages exquises sont pour les peintres morts

Vous qui mourrez avant de m'avoir découvert
Moi qui vous rejoindrai le coeur percé d'amour
Nous gîterons tous sous des herbes d'un beau vert
Je les peins si vives pour orner ce séjour

Aux terres lointaines blés et corbeaux sont ivres
Ils se pressent drus près des chemins de silence
Je vais presser une gâchette à présent que vivre
Sans Théo chez Gachet m'est trop âpre souffrance

"Vincent"

Chaque jour se lever et reprendre la route
Manger son quignon de pain et boire au goulot
Trouver un nouveau site où peindre sa déroute
Espérer toujours que ça n'est pas vain boulot

Vincent a pris ainsi la route d'Avignon
Quittant Paris où il découvrait les couleurs
La capitale est belle et l'on y prend des gnons
Plutôt aller au soleil calmer la douleur

On est peintre comme on est poète : au jugé
Rien à vendre, les mains dans les poches percées
Mais attention : il est interdit de gruger
On oeuvre chaque jour, qui n'est jamais assez

Cerisiers, tournesols sont beaux sous les soleils
Sur la toile ils chatoient en jaune et ocre, rose
Vincent fait le même geste, toujours pareil :
Offrir à la veuve croisée sa belle rose

"Théo, le frère de Vincent"

Il peint il peint comme si sa vie dépendait
Du nombre des toiles dispersées sous l'étoile
Qui le vit naître au vrai il a commencé tard
Et rattrape le temps qui fuit à toute allure

Il règne en boutique, des tableaux qu'il pendait
Naguère et admire maintenant sous les voiles
Invendables qu'ils sont ces furieux étendards,
En bon bourgeois qu'il est nul esprit d'aventure

La famille et l'enfant surtout qui doit grandir
La femme à aimer les parents à honorer
Et les nombreux clients qu'il faut donc satisfaire
Amateurs d'art banals de goût près de leurs sous

Et pourtant c'est à deux qu'ils vivent d'avenir
Loin l'un de l'autre en lettre ils se sont disposés
Pour faire éclore un art et mourir, à Auvers,
En même temps, où est leur tombe, et eux dessous
jacou
Posté le 09/07/2019 à 15:42:01
ce tryptique poétique est tres émouvant Georges..comme l'histoire de Van Gogh
qui a beaucoup souffert..ton écriture aussi s'est métamorphosée..qui m'a chavirée je l'avoue!!
merci à tous les deux!
Aria
Posté le 09/07/2019 à 18:56:49
Merci pour vos commentaires, un LIKE pour Georges pour ses poèmes que j'ai apprécié !
CRO-MAGNON
Posté le 10/07/2019 à 09:20:54
Je like six fois.
Zed Adef
Commentaires
Annonces Google
Ajouter un Commentaire
Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

11/11 08:41roserose
Douce nuit à tous
11/11 08:04scyles
on a soif d'idéal
11/11 08:03scyles
foule sentimentale
11/11 06:05Matriochka
Bonjour-soir tout le monde! Jacou, je souhaiterais que vos paroles de paix en ce 11 novembre soient entendues partout dans le monde! Bonne semaine à tous :)
11/11 03:57jacou
Bonjour Gaby, Sylvain, Assia. Bonjour à tous ! Armistices et paix partout dans le monde...
11/11 03:43Yuba
Bonjour Gaby et Sylvain ...bonjour les habitants de la planète Ictea :)
11/11 07:45Belle de jour
Merci Sylvain, bonjour à tous et bonne journée
11/11 06:10romantique
bonjour aux poètes que votre muse vous inspire!!...
10/11 05:44jacou
Merci Matriochka :) C'est vrai, je songe à des métiers et aux gens qui les font : point de repos pour eux ni jours fériés.
10/11 05:36Matriochka
Merci beaucoup Jacou :) Bonne fin de dimanche à vous et à tous, avec une pensée spéciale pour ceux qui repartent au travail dès demain, et ceux qui travaillent le week-end.
10/11 05:16jacou
Bon dimanche à tous nos amis, et ce n'est peut-être pas fini ce week-end...
09/11 08:25jacou
Bonsoir Lestat
09/11 08:12Lestat
Bonsoir et bon weekend à vous tous
09/11 06:57jacou
Guten Abend ! Bonne soirée !
09/11 06:45Ombrefeuille
Guten Abend, Berlin ! Bonne nuité à tous, de France et d'ailleurs :)
09/11 05:13Matriochka
Bonjour Georges, Assia, Gaby et tout le monde! Bon et beau week-end en mots poétiques, comme feuilles envolées dans le frais vent d'automne :)
09/11 12:12jacou
Bonjour Gaby et Assia. Un grand bonjour et bienvenue ici pour ce week-end qui se prolongera lundi en France.
09/11 11:11Yuba
Bonjour Gaby et Georges ...bonjour et agréable samedi sous le chapiteau poétique :)
09/11 07:38Belle de jour
Bon long week end de repos. Amitiés à tous et toutes
09/11 12:00jacou
Bonsoir Ombrefeuille, Matriochka, Ombellune, douces nuits en poésies rêvées ...

Qui est en ligne

  • Membres :
  • Dafide
  • Et aussi :
  • 45 invités