08/07/2014

Bonjour à tous,

Veuillez nous excuser pour ce blackout de quelques heures.
Nous avons eu un problème technique qui a mis le site temporairement hors service et a malgré nous affiché une page contenant des publicités douteuses.

Enfin, tout devrait être rentré dans l'ordre.

Nous sommes heureux de vous retrouver et heureux de pouvoir vous lire à nouveau.

28/01/2014

Bonjour à tous et à toutes,

Voici un recueil publié par notre amie poètesse :

Harmonie - "Harmonies consolantes"
http://www.edilivre.com/librairie/harmonies-consolantes-julie-c-billaud.html#.UuOW5BBKHIU

Bonne lecture

02/01/2014

La nouvelle année

Nouvelle année, année nouvelle,
dis-nous, qu'as-tu sous ton bonnet ?

- J'ai quatre demoiselles
toutes grandes et belles ;
la plus jeune en dentelles,
la seconde en épis,
la cadette est en fruits
et la dernière en neige,
voyez le beau cortège !
Nous chantons, nous dansons
la ronde des saisons.

Louisa Paulin

24/12/2013

Sapin de Noël

Sapin de Noël
Qui cligne dans la nuit belle,
Souvenirs d'autrefois
Et d'aujourd'hui à la fois
Pour les enfants que nous fûmes
De la vie qui se consume.
Sapin des forêts,
A ses pieds je promets.

Ecrit par eric
le 25 décembre 2008

21/12/2013

Songe de Noël

Songe,
A ce beau noël rêveur,
Paix et bonheur sans mensonge,
Illumine ce monde en de tendre faveur,
Naissance de l'an nouveau en de douce ferveur.
Songe,
Au petit bonhomme sage,
Peur et laideur pour tout songe,
Imagine, le présent, richesse en partage,
Né de ce regard dans le sien, passe le message.
Songe,
A cette étoile filante,
Plus qu'un voeu, qui se prolonge,
Insuffle en nos coeurs cette force étincelante,
Native, en ce papillotage, une réflexion brillante.
Songe,
A cet ange qui s'endort,
Pensée magique où je plonge,
Image diffuse comme une boule d'or,
Naître en ce monde autrement que comme un décor.
Très,
Très,
Très,
Bon Noël et bonne Année.

Le 15 Décembre 2006

15/12/2013

Cher père noël

Dans un mois c'est noël
Les enfants sont sages
Ils ne sont plus rebelles
Sur leurs bêtises on tourne la page

Cher père noël bien qu'un peu grand
Je te passe ma commande
Je souhaite la vie,
Pour tous ceux que j'aime, pour mes amis.

Cher père noël, toi l'admiré des enfants
Peux-tu exaucer les voeux d'un grand
Je souhaite que tout le monde soit heureux
Je souhaite que ce jour soit sans pleurs.

Père noël, c'est vrai tu n'existes pas
Mais j'ai envie de croire en toi
Juste un rêve pour que les enfants
Puissent t'aimer toujours autant.

écrit par titamourdepoete
le 06/12/2008

29/11/2013

L'horloge et l'insomniaque

Le sommeil lui refuse ses appâts
Fatigue, ressentie au fond du corps
Les yeux restent ouverts sur le trépas
Enfoncés dans l'obscurité d'une vivante mort

La nuit tombe, brumeuse de pensées
Les heures défilent sur cette horloge usée
Usée de son pendule oscillant sans s'arrêter
Sans repos ni suspens pour se parer

Elle est spectatrice de la déchéance
De cet être niant la nocturne échéance
Elle le voit se déliter en une sombre engeance
N'y peut rien faire, contribue à sa latence

Elle résonne dans sa tête comme certitude
Celle du temps continuant sa pénible marche
De cette triste pièce elle a l'habitude
Elle habite le théâtre de ce délaissé de l'Arche

De jour comme de nuit elle l'accompagne
Lui sonne les secondes qui lentement sa vie fanent
Son cadran doré aux chiffres effacés
Paraît lui aussi épuisé de cette marche effrénée

Condamnés à l'éveil pesant de la continuité
L'horloge et son compagnon ne suivent pas la nuitée
Mais l'insomniaque s'éteindra dans un souffle épuisé
D'avoir suivi un Temps qu'il ne peut rattraper.

Ecrit par Harmonie le 29/10/2008

03/11/2013

La brise d'automne

Le plateau du Marshane bordé de platanes,
Que la brise automnale caresse et séduit,
Les feuilles bronzées sous les rayons affaiblis,
Voltigent assoupies et déclinent la trame.

L'allée royale était mon chemin d'écolière,
Comme papillon, comme hirondelle, voltigeait,
Le coeur assoiffé, d'abécédaire m'abreuvait,
Le royaume des connaissances accueillait mes chimères.

Les gouttes de pluie imbibaient ma frimousse,
Je fermais les yeux et admirais en silence,
L'arc-en-ciel chatoyait l'horizon infini,
De couleurs prismatiques se noyait mon esprit.

La saison est un retour à la vie sereine,
Abandonne doucement l'été, les nonchalances,
Remet les pendules à l'heure, s'abritent
Dans la douceur automnale, les souvenirs d'enfance.

Ecrit par coeur.de.saphir
le 15/09/2010

21/10/2013

Bonjour à tous,

Le site a été coupé suite à une panne de notre hébergeur. Nous espérons que tout est revenu à la normale.
Certains poèmes postés ces deux derniers jours ainsi que certains comptes créés dans ce laps de temps n'ont malheureusement pas été restaurés. Merci dans ce cas de republier vos poèmes ou de recommencer votre in scription.

Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.

Nous espérons également que cela ne vous a pas empêché de composer et que vous allez partager avec nous ce que vous avez produit pendant ce blackout.

Au plaisir de vous lire,

Fluminis

27/09/2013

Chaque semaine vous sera proposé ici un poème ancien ou nouveau, déposé par les poètes de ce site, bonne lecture.

Mon premier matin

Mon premier matin n'est plus qu'un cri dans le lointain,
Mes tout premiers pas se sont égarés en chemin,
Lorsque je regarde la photo de ce petit bambin,
J'y reconnais à peine mon image.

Au premier regard, j'avais dans les yeux le désir
D'un rêve immobile accroché aux cordes des lyres,
Mais le temps l'a avorté, dévasté et peut-être pire,
Il n'en reste que du vent, des nuages.

Mes tout premiers printemps, ces grands vins de mauvaise herbe,
Comme autant de souvenirs que l'on cache, acerbe,
Je les ai très vite oubliés pour, qu'à jamais, s'y perde
La mémoire passée comme un mirage.

Mes premiers baisers, ils étaient doux, ils étaient chauds,
De mes premiers élans ne s'attardent que des mots,
De mes tout premiers chagrins, je n'ai conservé que l'écho
De mes premiers sanglots, pas davantage.

Tant que je vivrais, je chercherai ma vérité,
Sans jamais défaillir et sans jamais renoncer,
Entre tous les barbelés, comme tout les barreaux rouillés,
Les broussailles arrachées à l'enfance.

Quand l'automne de ma vie, où le temps fuit le temps,
Délivrera enfin mon âme de ses tourments,
Me guidera, métamorphosée, vers un bateau tout blanc,
J'y voguerai vers d'infinis rivages.

Antigone publié le 15/01/2007

S'identifier

Login
Password
Etre visible
Mot de passe perdu

Rechercher un poème


recherche avancée

Tribune libre

20/03 08:17Yuba
Bonjour Daniel et Georges ...bonjour et agréable journée tout le monde en compagnie des muses du printemps :)
20/03 07:39lefebvre
Bonjour, Georges, et bonjour la poésie
20/03 07:39jacou
Bonjour Daniel et AdA.
20/03 07:18jacou
Bonjour aux membres de notre communauté, ainsi qu'aux visiteurs.
19/03 01:39Yuba
Bonjour Angel :)
19/03 01:38angeldebra
Bonjou à tous
19/03 09:35Yuba
Bonjour Georges , je te suis sur cette voie de l'importance des commentaires et s'ils se croisent c'est autant de "vies" que vous insufflez aux poèmes ...
19/03 08:12jacou
Sinon pourquoi poster des poèmes, si ce n'est pour être lu et obtenir des retours ?
19/03 08:11jacou
Sans vos commentaires, les textes postés s'étiolent vainement sur la Toile...
19/03 08:10jacou
Un forum est un lieu d'échanges, et vos coms font vivre les poèmes...
19/03 08:09jacou
N'oubliez pas de partager vos impressions de lecture en commentant les poèmes...
19/03 07:46jacou
Bonjour Daniel, bonne journée aux membres de la communauté poétique.
19/03 07:12lefebvre
Je vous souhaite une belle journée poétique
18/03 09:28jacou
Bonsoir Newpoete88
18/03 09:20Yuba
Bonsoir New
18/03 09:17Newpoete88
Bonsoir
18/03 10:32jacou
Bonjour Daniel, Assia, à tous les enchanteurs et enchanteresse s du site.
18/03 08:37Yuba
Merci et bonjour Daniel ...bonjour et excellente semaine de part et d'autre de la blanche mer médiane, son nom au Sud ;)
18/03 07:36lefebvre
Je souhaite à tous les nobles représentants de la poésie, une très belle semaine.
17/03 10:32jacou
Bonjour Daniel et Assia. Ici grisaille. Bon dimanche à tous impénitents de la poésie !

Qui est en ligne

  • Et aussi :
  • 65 invités