» Forums » Etat d'âme » Etat du monde


<< Page précédente - - Page suivante >>
haut de la page
feuille_au_vent
Sexe:
Posté le 24/10/2020 à 16:58:42Je ne sais pas si la poésie nous sauvera. Je la trouve cependant nécessaire car elle est une forme critique du langage commun. Elle invite à voir ailleurs, à se questionner. Elle est, à volonté, contrainte de règles. Il n'y a pourtant pas plus libre qu'elle.

la poésie nous transperce de questions sur le monde, sur nos sentiments, sur le réel et sur la beauté. C'est tout autant le miroir de notre visage et la création de nos utopies. Elle cherche l'erreur, l'anormal, ce qu'il y a dans le coin sombre des ruelles ou au fin fond de nos mémoires. A coté du commun.

Je pense que le monde va droit dans le mur dû à notre incapacité à voir ailleurs. On est aliéné par notre propre peau, comme si tout est définitivement acquis et que le retour en arrière est impossible. On ne sait pas admettre nos erreurs, et encore moins admettre d'être irrationnel. Tout doit être expliqué, décortiqué, analysé.
Lorsque je vais au musée et que, après des dizaines de tableaux, j'en vois un qui me touche particulièrement et sur lequel je resterais des heures à le regarder, je déteste que l'on me demande pourquoi. J'aime ce tableau et je n'en ai aucune idée.

Alors que le monde se meurt, que l'on reconnait mieux le bruit des notifications de nos smartphones plutôt qu'un chant d'oiseau. Que l'on s'est toujours cru tout puissant ( et le pire on le prouve). La seule religion, Le seul continent, la seule espèce vivante sur terre à penser réellement, la seule forme de progrès possible, la seule espèce dans l'univers, la seule démocratie...

J'aimerais tant un peu de place à la marge du monde
haut de la page
Etienne de Mirage
Sexe:
Posté le 24/10/2020 à 22:16:07La marge du monde est le coeur du monde,
ce ne sont que quelques vers qui peuvent beaucoup changer, individuellement ou à plus grande échelle, je pense.
haut de la page
Syntax_Error
Sexe:
Posté le 25/10/2020 à 00:43:16Les poètes sont de grands messagers et la poésie façonne le monde depuis belle lurette.

Par les mots, des beautés et des bontés irrévélées à qui sait les recevoir.
D'abord l'ignorance, puis la compréhension, enfin, l'épiphanie.

C'est le chemin de l'égaré qui suit sa bonne étoile.

La poésie a pour elle d'être universelle.

Chaque être à sa part de poésie et en chacun la poésie joue son rôle.
Encore faut-il être éveillé.

Cela prend du temps mais tout le monde y parvient à un moment donné.

Ne pas perdre espoir.
haut de la page
CRO-MAGNON
Sexe:
Posté le 25/10/2020 à 09:21:33Hélas comme je le regrette amèrement ! La Poésie n'est pas ou n'est plus dans le coeur et l'esprit des hommes ! Seuls quelques irréductibles auteurs et poètes la font vivre !
Pour la majorité, le poète est un doux rêveur qui se complait dans ses illusions perdues d'un monde idéal ! Le rouge et le noir, les couleurs du monde actuel.

Nous sommes l'étranger, un petit prince, affrontant les fleurs du mal, des misérables dans l'écume des jours, avec nos liaisons dangereuses, à la recherche du temps perdu, à la fois candide ou optimiste, voilà la condition humaine !

J'ai les rêves du promeneur solitaire lors d'une saison en enfer !
haut de la page
Ombrefeuille
Sexe:
Posté le 25/10/2020 à 17:44:39"La beauté sauvera le monde" écrivit Dostoïevski, et ces mots, qui tournent en boucle sur les RS, mériteraient qu'on daigne s'y arrêter vraiment !

Car qu'est-ce que la beauté ? Quelque chose qui nous dépasse, assurément. Ainsi de la Poésie, qui nous inspire et nous "tire" vers plus loin que nos plumes elles-mêmes.

Je regrette, tout comme vous, que le commun des mortels (et nous y compris) écoute plus les notifications sur son smart et plus beaucoup les chants d'oiseaux, la course du vent dans les hauteurs, la danse des arbres, le grondement serein du terrent ...

Quand il m'est donné (trop rarement) de filer me ressourcer en un monastère orthodoxe qui m'est cher et qui gîte au fond d'une combe, là où il y a à peine de réseau (tant mieux !), j'en profite pour goûter les beautés du chemin forestier et pour lever les yeux vers les falaises qui dominent les lieux. Le smart ? Eteint et bien rangé. Un texto par jour à qui partage ma vie pour m'assurer que tout va bien, et c'est tout. Pas de connexion web, pas même de musique : la Nature et le monastère lui-même me fournissent largement de quoi combler mes oreilles et mon âme !

Tout ça pour dire qu'il est salutaire de "lâcher prise" et de se mettre, profondément, à l'écoute de ce qui EST, de cet Univers qui nous fait l'honneur de nous accepter en son sein et, si l'on est croyant, de Dieu (le grand oublié, même de tant de croyants de tous horizons qui, hélas souvent, lui substituent des constructions mentales perso).

La Poésie, dans tout ça ? Elle est cri et silence à la fois. C'est un langage de l'âme qui s'habille de tout ce qui est en l'homme et dans le monde, voire au-delà. Elle est jaillissement et quête, contemplation et rébellion. Une rébellion avant tout contre ce que nous avons tous en nous-même d'étriqué, de mesquin (l'universelle nature humaine ne nous épargne pas, nous autres plumitifs).

Peut-elle sauver le monde ? Pas toute seule, mais elle peut y contribuer. Du moins elle permet que le monde tombe un peu moins bas, que ce soit un peu moins le chaos. C'est le sentiment que j'ai eu un jour ancien, voici plus de 25 ans, alors qu'entrant dans une chapelle, je vis des contemplatifs en prière. Ce fut clair, alors, qu'ils portaient le monde, et que sans eux les choses iraient plus mal. J'en reste convaincue quant aux orants mais aussi quant aux artisans de beauté, et c'est pourquoi je n'hésite pas à sortir les griffes quand je croise un poème qui appelle à la chienlit. On n'a pas besoin de ce genre de propos mais de consciences libres, éclairées, vigilantes, qui se dressent contre l'avilissement et qui recherchent l'accomplissement du destin de l'humanité.

Et quel est-il, ce destin ? Magnifier l'univers (en christianisme on dit "la Création"). Le sauvegarder, et pour l'heure le réparer (vaste chantier !). Et, j'insiste là-dessus, ceci sans considérer que l'homme serait une espèce nocive, sinon c'est perdu d'avance, puisque c'est précisément à nous qu'il revient d'être les "jardiniers" de la Terre.

Et finalement c'est peut-être là que se place la Poésie dans son essence. Non pas d'abord dans la capacité à écrire des textes bien bâtis, mais dans un regard porté sur toute chose, un regard attentif à l'être-même des choses, un regard qui aime. Et du coup un scientifique peut être considéré comme un poète, dès l'instant où il ne tient pas les éléments uniquement pour des "matériaux" à exploiter et à scruter d'un point de vue technique, mais s'il reçoit leur pleine présence, leur spécificité, leur mystère. Alors il peut accomplir son travail, y compris dans ses aspects les plus techniques, car il sait que le réel le dépassera toujours.

La Poésie, me semble-t-il, est également l'acceptation de l'éphémère de l'instant. Je suis consternée face à la frénésie de photos des instants vécus (anniversaires et autres), qui pousse tant de convives à se ruer sur leurs smarts dès qu'apparaît le dessert, par exemple, et qui semble imposer comme loi l'inévitable photo de groupe. Ne pourrait-on pas tout simplement VIVRE ces moments, et ne pas vouloir les garder prisonniers de nos boîtes magiques ? Car si nous cherchons à ce point à posséder le temps, comment arriverons-nous à établir avec l'univers un rapport sain, de face-à-face (donc de dialogue) et non pas d'emprise et de captation ? L'instant comporte sa propre poésie, qui tient à son caractère fugace, et cette poésie intime s'étiole si nous prétendons la figer dans nos cartes SD et autres mémoires virtuelles. Accepter la fugacité de l'instant, cela revient à accepter notre propre finitude, et donc ne pas nous rêver tout-puissants. Or on sait bien que l'appétit de puissance individuelle est responsable d'un grand nombre des malheurs du monde (surexploitation des ressources, convoitise du territoire d'autrui, guerres, misère ... la liste serait longue).

Bref, la Poésie est bien plus vaste que ce que nous en percevons.
Et moi bien plus longue que je ne l'eusse voulu :)
Pardon si de surcroît j'ai été quelque peu confuse (ce que je crains en effet) ;)))
haut de la page
CRO-MAGNON
Sexe:
Posté le 25/10/2020 à 19:07:06Ce qui est plus important que la poésie c'est l'écrit !
Pourquoi ? Parce que la poésie est une forme d'écriture parmi tant d'autres.
J'exprime ce que j'écris de manière poétique, mais je peux écrire d'une autre manière, le résultat en général sera de même importance, je peux transmettre une émotion sans écrire un poème.

Pour moi, ce sont les mots qui sont importants et le sens que l'on veut leur donner. Ce qui compte à mes yeux c'est le message, le ressenti du texte que je donne ou que je lis chez un auteur. L'écrit est comme la musique, j'aime ou je n'aime pas !
haut de la page
feuille_au_vent
Sexe:
Posté le 25/10/2020 à 19:30:08La poésie n'est pas seulement dans les poèmes Cro, Il y a de la poésie dans les films, dans la peinture, dans les jeux vidéos... ou lorsque l'on se pose simplement deux minutes à regarder notre penser. Et c'est tout aussi important à mes yeux.
L'écrit n'est qu'un support.

Ton message était bien clair Ombrefeuille et très intéressant.
La poésie n'est pas que la beauté, sinon elle ne supporterait pas le monde. Le monde n'est pas beau ni moche, Juste il est. Nous en percevons une image de lui mais il est bien plus complexe, c'est pour cela que le simple écrit n'arrivera je crois jamais à se rapprocher du reel, car le reel est incompréhensible, autant que l'émotion qui nous touche dans la poésie
<< Page précédente - - Page suivante >>

Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?