» Forums » Tout et rien » Les poèmes les plus mystérieux


<< Page précédente - - Page suivante >>
haut de la page
grêle
Sexe:
Posté le 20/04/2019 à 17:25:26Bonjour,

Voici un espace dédié à tous les poèmes dont le sens est un mystère... Faites-nous découvrir des poèmes qui ressemblent à des énigmes :)

Voici "Voyelles" d'Arthur Rimbaud :

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d’ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
— O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux !
haut de la page
jacou
Sexe:
Posté le 22/04/2019 à 03:17:13Merci Marine ! Je suis allé puiser au Ptyx ce poème de Stéphane Mallarmé :

Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx,
L’Angoisse, ce minuit, soutient, lampadophore,
Maint rêve vespéral brûlé par le Phénix
Que ne recueille pas de cinéraire amphore

Sur les crédences, au salon vide : nul ptyx,
Aboli bibelot d’inanité sonore,
(Car le Maître est allé puiser des pleurs au Styx
Avec ce seul objet dont le Néant s’honore.)

Mais proche la croisée au nord vacante, un or
Agonise selon peut-être le décor
Des licornes ruant du feu contre une nixe,

Elle, défunte nue en le miroir, encor
Que, dans l’oubli fermé par le cadre, se fixe
De scintillations sitôt le septuor.
haut de la page
grêle
Sexe:
Posté le 24/04/2019 à 22:32:23Sublime poème Georges ! Merci du partage, il est étincelant de mystère et d'ailleurs j'adore Mallarmé... Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu ce poète et ne connaissais pas cette pépite...
haut de la page
grêle
Sexe:
Posté le 16/06/2019 à 22:15:42Voici "Reposez-vous" de Jean-Pierre Duprey

Reposez-vous, mangeurs de choses,
Ou prenez-moi par une main qui dévore.
Au fond du jeu qui me suppose,
Se font, se défont les tissus du corps.

Reposez-moi, mangeurs de choses,
Entre les doigts défaits de la main bleue
Qui file, autour de la nuit qui m’expose,
Ses ongles, larmes séchées d’anges creux.

J’ai mémoire encore de poutrelles,
Au-dessus du lac qui saborde
Ses propres surfaces sous ses ailes;
Et puis les gestes prêtés à l’ordre

Et les gestes d’intervention
D’une muraille plantée de coudes
Qui ne jure l’absolution
Que pour cette partie de chair lourde

Pressée ailleurs ;
Alors qu’ailleurs encore
Ailleurs encore
Toutes mes parties de peur
Parties de peur
Tournent autour de la charrette des couleurs.
<< Page précédente - - Page suivante >>

Vous devez etre identifié pour pouvoir poster un message
Veuillez vous identifier en utilisant le formulaire ci-dessous, ou en creant un compte

S'identifier
Login :
Password :
Apparaitre dans la liste des connectés :

Mot de passe perdu ?